Italie: 150 Somaliens et Erythréens fuyant la Libye ont débarqué à Lampedusa

© 2011 AFP

— 

Environ 150 Somaliens et Erythréens en provenance de Libye sont arrivés lundi en fin de soirée à bord de deux embarcations dans le port de la petite île italienne de Lampedusa, déjà submergée ces derniers jours par les débarquements de clandestins.

"Ils sont arrivés à bord de deux embarcations, et parmi eux se trouvent de nombreuses femmes et enfants", a indiqué à quelques journalistes le maire de l'île, Dino De Rubeis, présent sur place.

Après avoir attendu sur le quai à l'intérieur d'une zone militaire grillagée non accessible à la presse, les immigrés ont été conduit en car dans une ex-base militaire.

Le maire a précisé que ces nouveaux arrivants "ne seraient pas mélangés avec les autres immigrés déjà présents sur l'île, pour la plupart tunisiens, par mesure de sécurité".

"Nous ne voulons pas mélanger les Somaliens et les Erythréens, parmi lesquels se trouvent beaucoup de femmes et enfants, avec les jeunes Tunisiens, car en 2008 nous avions eu des incidents dans ce genre de circonstances", a-t-il expliqué.

Le maire a également rappelé que "quelque 700 personnes doivent être évacuées par voie aérienne" dans la journée de mardi et que "mercredi six navires représentant une capacité de 10.000 passagers doivent venir à Lampedusa et évacuer les 6.000 et quelques immigrés que l'île abrite ne ce moment".

"J'ai parlé trois-quatre fois par téléphone avec le ministre de l'Intérieur (Roberto) Maroni et il m'a assuré que tous les immigrés seraient évacués mercredi", a-t-il souligné.

Selon des statistiques officielles publiées dimanche, 18.501 migrants sont arrivés depuis le début de l'année à Lampedusa contre environ 4.000 sur toute l'année 2010. En outre, un Conseil des ministres extraordinaire consacré à ce problème a été convoqué pour mercredi.

En 2008, l'Italie et la Libye ont signé un traité d'amitié qui avait conduit à une chute de 94% de l'immigration illégale. Rome, qui a suspendu ce traité, craint l'arrivée de milliers de clandestins en cas de chute de Mouammar Kadhafi, qui a lui-même menacé d'envoyer des "millions" d'immigrés en Europe.