Syrie: Le gouvernement a démissionné

MONDE Une manifestation pro-Bachar al-Assad a lieu ce mardi à Damas...

© 2011 AFP

— 

B.TELLAWI / AP / SIPA

Le gouvernement du Premier ministre Naji Otri a présenté sa démission ce mardi au président Bachar al-Assad, qui l'a accepté, selon la télévision publique syrienne. Un nouveau cabinet verra le jour dans les 24h, a affirmé un haut responsable à Damas, où des dizaines de milliers de personnes manifestaient leur soutien au président syrien.

Cette mesure intervient alors que le régime est confronté depuis deux semaines à une contestation sans précédent, avec des manifestations dans plusieurs villes du pays, dans le sillage des révoltes qui secouent le monde arabe. Cent trente personnes auraient été tuées pendant les manifestations, selon des militants, une trentaine selon un bilan officiel.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes à Damas

Après deux semaines de manifestations contre Bachar al-Assad, plusieurs dizaines de milliers de personnes affluaient mardi matin sur une grande place de Damas afin de participer à un rassemblement de soutien au président. «Par notre sang, par notre âme, nous nous sacrifierons pour toi Bachar», «Dieu, Syrie, Bachar et c'est tout», «Un, Un, Un, le peuple syrien est un», scandent les manifestants venus à pied ou en bus sur la place Sabaa Bahrat en face de la Banque centrale où figure une immense affiche du chef de l'Etat.

>> Quelle issue pour la contestation syrienne? L’interview d’un spécialiste est par ici

Les manifestants brandissent des drapeaux syriens et des portraits du président ainsi que des banderoles sur lesquelles on peut lire «Non à la dissension confessionnelle». La Syrie est un pays multiconfessionnel et multiethnique avec notamment les sunnites qui sont majoritaires, les alaouites qui tiennent les rênes du pouvoir, les chrétiens et les Kurdes. Des rassemblements identiques sont prévus dans toutes les villes du pays.

Le président Assad, au pouvoir depuis 2000, doit annoncer sous peu une série de mesures censées libéraliser le régime en place depuis près de cinq décennies, notamment l'abolition de l'état d'urgence qui prive les citoyens de la majorité des libertés publiques. Le Premier ministre Naji Otri a formé son gouvernement en 2003. Le dernier remaniement remonte à avril 2009.