Belgique: Record du monde de la plus longue crise politique égalé

MONDE Le pays est sans gouvernement depuis 289 jours...

© 2011 AFP

— 

J.WARNAND / BELGA / AFP

Toujours sans gouvernement 289 jours après les législatives, la Belgique va égaler ce mardi le record du monde de la plus longue crise politique, détenu par l'Irak, dans un climat morose que tenteront d'égayer des distributions gratuites de frites dans les villes universitaires. En 2010, les Irakiens avaient mis 249 jours pour conclure un accord de partage du pouvoir, et 40 de plus pour qu'un gouvernement prête serment.

En Belgique, où le surréalisme fait toujours florès, certains avaient «célébré» dès le 17 février le franchissement de la barre symbolique des 249 jours en organisant une «révolution de la frite» au cours de laquelle des dégustations du célèbre plat national avaient rassemblé plus de 5.000 personnes aux quatre coins du pays. Ces manifestations n'avaient toutefois pas eu plus d'effet que l'appel lancé par l'acteur Benoît Poelvoorde, qui avait demandé à ses compatriotes de ne plus se raser jusqu'à ce que le royaume se dote d'un gouvernement de plein exercice.

Concerts et frites gratuites au programme

Après neuf mois de blocage, les Belges ayant voté le 13 juin 2010, les partis flamands continuent à réclamer une autonomie régionale très renforcée, que les francophones persistent à refuser, de crainte qu'elle ne débouche sur une scission du pays. Pour l'égalisation du record du monde des 289 jours sans gouvernement, qui sera battu dès le lendemain, le collectif «Le séparatisme, pas en notre nom» remet le couvert en rebaptisant ce mardi «Place des Frites» les principales places de villes universitaires comme Liège, Namur, Gand, Anvers et Bruxelles. De nouvelles distributions de frites et des concerts sont au programme, mais le coeur ne semble plus y être, l'appel à manifester ayant cette fois été peu relayé par la presse et sur les réseaux sociaux.

Le tout sur fond de discussions byzantines entre Flamands et francophones, menées par le très discret président des chrétiens-démocrates flamands Wouter Beke et désormais reléguées à la fin des journaux télévisés par les événements au Japon et en Libye. L'adoption ces derniers jours d'un budget de l'Etat 2011 et l'engagement de F-16 belges contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi ont également accru l'impression que le pays pouvait fonctionner sous le régime des «affaires courantes» en vigueur depuis juin.

La Nouvelle alliance flamande profite de la situation

La situation profite à la Nouvelle alliance flamande (N-VA), le parti vainqueur en Flandre des législatives de juin (avec 27,8% des voix) qui juge inutile un gouvernement fédéral car il prône l'«évaporation» de la Belgique au profit d'une Flandre indépendante. Selon un sondage publié lundi par le quotidien La Libre Belgique, la N-VA rassemble 33% des intentions de vote en Flandre. Son chef, Bart De Wever, conforte son statut d'homme politique le plus populaire chez les néerlandophones, avec 57% d'opinions favorables.

Le succès insolent des indépendantistes flamands commence toutefois à agacer certains chrétiens-démocrates flamands, dont le Premier ministre sortant Yves Leterme, qui a vertement critiqué la semaine dernière l'incapacité de Bart De Wever à signer un compromis avec les francophones.

La réaction d'Yves Leterme fait bouger les choses

Ce changement de positionnement de Yves Leterme, autrefois proche de la N-VA, est le signe que «ça commence un peu à bouger» en Flandre, où «tout le monde a plus ou moins compris qu'avoir un accord avec la N-VA sera impossible», a expliqué à l'AFP le politologue anversois Dave Sinardet.

«Le problème, c'est que la N-VA ne veut pas quitter d'elle-même les négociations et que le parti flamand qui l'en exclura prendra un très gros risque en cas de nouvelles élections anticipées», a-t-il ajouté, n'écartant pas la possibilité que les affaires courantes «durent encore longtemps».