Japon: La France appelée à l'aide à Fukushima

NUCLEAIRE Le réacteur numéro 2 est toujours dans une situation critique...

Anthony Nataf

— 

C'est l'épopée du pire au Japon. La situation est toujours instable dans quatre des six réacteurs de la centrale de Fukushima Daïchi. Dépassé par les événements, ne parvenant pas à stopper les fuites, Tepco a demandé lundi une aide qui reste à définir à EDF et Areva.

Le réacteur n°2 de la centrale fuit toujours et l'entreprise a mesuré dimanche une forte hausse de la radioactivité dans celui-ci, à cause d'une fusion partielle des barres de combustible, a expliqué le secrétaire général du gouvernement japonais.

Des taux dangereux pour la santé

Les techniciens ont mesuré une radioactivité 100.000 fois supérieure à la normale dans de l'eau accumulée dans le réacteur. En plus, des doses de radioactivité, assez fortes pour provoquer une hémorragie, selon l'Agence américaine pour la protection de l'environnement, ont été mesurées à la surface de l'eau des tunnels de refroidissement qui sortent du réacteur.

Tepco assure que cette eau n'est pas déversée dans la mer, sans exclure qu'elle se répande dans le sol. L'accident, qui a déjà pollué l'eau, le sol autour de la centrale et certains aliments, risque de s'installer durablement.

Le vice-président de Tepco, Sakae Muto, a regretté hier ne pas pouvoir dire «dans combien de mois ou d'années» la crise sera finie. Par ailleurs, Nicolas Sarkozy se rendra brièvement à Tokyo mercredi ou vendredi.

L'Union européenne (UE) vient d'adopter de nouvelles normes sur le nucléaire. Un audit, mené par l'Autorité de sûreté nucléaire, a été lancé pour vérifier les centrales dans l'UE. Mais aucune sanction n'est prévue en cas de défaillance.