Syrie: la loi d'urgence vieille de 48 ans pourrait être abrogée

MONDE Le président Bachar el Assad, confronté à la plus grande vague de contestation de son régime s'adressera «très bientôt» à son peuple...

J. M. avec Reuters

— 

Des Syriens crient liberté lors d'une manifestation dans la région de Dael, près de la ville de Deraa, dans le sud de la Syrie, le 25 mars 2011
Des Syriens crient liberté lors d'une manifestation dans la région de Dael, près de la ville de Deraa, dans le sud de la Syrie, le 25 mars 2011 — REUTERS/K Al Hariri

Les affrontements dans la ville syrienne de Lattaquié ont fait douze morts en deux jours, dont des membres des forces de l'ordre, des civils et des «éléments armés», rapporte ce dimanche l'agence de presse officielle Sana qui cite une source autorisée. Les heurts auraient également fait 200 blessés. Le président syrien Bachar al-Assad s'adressera «très bientôt» à son peuple, a indiqué sa conseillère Boussaina Chaabane, qui a précisé que la loi d'urgence en vigueur depuis 1963 pourrait être abrogée.

>> Quelle issue pour la contestation syrienne? L’interview d’un spécialiste est par ici

Les informations en provenance de Lattaquié, important port stratégique du nord-ouest du pays, laissent penser cependant que les troubles, partis de Deraa dans le Sud, se propagent désormais à travers le pays. Des manifestations ont également eu lieu vendredi à Damas ou Hama.

Des informations ont fait état de plus de 20 morts dans les manifestations vendredi, surtout dans le Sud, et selon des médecins, des dizaines de personnes ont été tuées au cours de la semaine écoulée dans la seule ville de Deraa, proche de la frontière avec la Jordanie. De telles manifestations de colère auraient été impensables voici quelques mois encore dans ce pays dirigé par l'un des régimes les plus autoritaires du monde arabe.

Libérations de prisonniers

Samedi, des locaux du parti Baas et un commissariat ont été incendiés à Tafas, près de Deraa, selon des habitants. Des milliers de personnes se sont rassemblées dans cette localité aux cris de «liberté!» pour les obsèques d'un manifestant tué la veille.

Le président Bachar el Assad, confronté à la plus grande vague de contestation de son régime en onze ans de pouvoir, a fait libérer samedi 260 prisonniers, dans l'espoir de désamorcer la contestation. Parmi les 16 personnes libérées ce dimanche figurerait Diana al Djaouabra, une militante dont l'arrestation à la mi-mars avait entraîné des manifestations dans la ville de Deera, dans le sud du pays, épicentre du mouvement de contestation.