Libye: Quels scénarios après deux jours de frappes aériennes?

C. F.
— 
Un pilote français s'apprête à décoller de Saint-Dizier pour survoler la Libye à bord d'un Rafale, France, le 20 mars 2011.
Un pilote français s'apprête à décoller de Saint-Dizier pour survoler la Libye à bord d'un Rafale, France, le 20 mars 2011. — REUTERS

Cela fait maintenant deux jours que la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU a pris effet en Libye, avec la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne et des frappes ciblées sur les équipements militaires du régime de Mouammar Kadhafi. Quelles sont les issues possibles de cette opération baptisée «L’Aube de l’odyssée»? 20minutes.fr fait le point.

Kadhafi «capitule»
C’est le scénario espéré par la coalition. Elle dit cibler des objectifs militaires, notamment des bases aériennes et défenses antiaériennes, pour tenter de contraindre les forces de Mouammar Kadhafi à cesser les attaques contre l'insurrection. Mais l’objectif inavoué est aussi d’anéantir la force de frappe du régime et d’entraîner la chute du Guide suprême. Nicolas Sarkozy a prévenu: «La porte de la diplomatie reste ouverte» si les attaques contre les rebelles cessent et si Kadhafi est prêt à négocier.

Le conflit s’enlise…
Il y a «peu d'espoir» que le colonel cède aux exigences de l’ONU, avait toutefois concédé Alain Juppé, le ministre français des Affaire étrangères, dès samedi. Certains analystes militaires soulignent déjà que cette campagne sera dans tous les cas difficile, et son issue incertaine. Le chef d'état-major interarmes américain, l'amiral Mike Mullen, a concédé sur CBS que l'opération pourrait déboucher sur une impasse. Kadhafi, jusqu’au boutiste, pourrait engager toutes ses forces dans le conflit, même si celles-ci ont été mises à mal depuis le début de l’insurrection. La Libye se prépare à une guerre longue, a-t-il déclaré dimanche.

… et l’opinion se retourne
C’est déjà ce que tente de faire le régime libyen. Il a affirmé dimanche que des civils avaient été visés par des frappes aériennes et que 64 d'entre eux étaient morts. Une crainte partagée par la Ligue arabe,  qui a dénoncé des bombardements «qui ont provoqué la mort et les blessures de nombreux civils libyens».  Un scénario qui risque de prendre de l’ampleur si les troupes de Kadhafi continuent leur progression dans Benghazi et d’autres villes tenues par les insurgés, exposant ainsi des civiles aux frappes aériennes.

Le pays se scinde en deux
Cerains spécialistes évoquent également une partition du pays est (insurgés)-ouest (loyalistes) si les combats se prolongent sur le terrain. «Cela correspondrait d’ailleurs à peu près l’ancienne frontière entre Tripolitaine et Cyrénaïque (en vigueur jusqu'en 1951), soulignait Hasni Abidi, directeur de recherche au Centre de recherches et d’études internationales de Sciences-Po dans le Journal du dimanche.  Et le spécialiste d’expliquer que «Kadhafi s’accomoderait plus de cette solution que d’une capitulation.»

Les troupes de la coalition s’engagent au sol
Même si la résolution actuelle ne prévoit en rien l’intervention des forces alliées sur le terrain, ce scénario ne peut être totalement exclu. «Aube de l'odyssée» est la plus grosse intervention militaire dans le monde arabe depuis l'invasion de l'Irak en 2003. Pas question, pour l’instant de prendre le même chemin, avec une intervention au sol des forces de la coalition. Mais les stratèges estiment, selon Reuters, que la puissance aérienne a ses limites et qu'il y a des choses que seules des troupes au sol peuvent réaliser dans la mesure où les troupes de Kadhafi sont susceptibles de se fondre dans la population.