Environ 5.000 migrants à Lampedusa après de nouveaux débarquements

IMMIGRATION Depuis dimanche, 1.470 candidats à l'immigration sont arrivés sur la petite île...

© 2011 AFP
— 
Un bateau rempli d'immigrants arrive dans le port de Lampedusa en Italie, le 21 février 2011.
Un bateau rempli d'immigrants arrive dans le port de Lampedusa en Italie, le 21 février 2011. — R. SALOMONE / AFP

Après le débarquement de plus de 1.400 migrants en 24 heures, environ 5.000 migrants se trouvaient lundi matin sur la petite île de Lampedusa dans le sud de l'Italie, soit presque autant que le nombre d'habitants, ont indiqué les autorités locales.

Depuis dimanche, 1.470 candidats à l'immigration sont arrivés à bord de 13 embarcations différentes sur ce confetti de 20 km2 et quelque 6.000 habitants, portant leur nombre total à 4.789. Le maire Bernardino de Rubeis a tenté de rassurer une population locale inquiète en annonçant un plan coordonné avec le gouvernement pour le transfert hors de l'île de 500 migrants chaque jour.

De fortes tensions sur l'île

Dimanche, les arrivées incessantes de migrants ont provoqué de fortes tensions sur l'île. Des habitants de Lampedusa, exaspérés par la surpopulation du centre d'accueil, prévu normalement pour 850 personnes, avaient bloqué le débarquement de tentes et toilettes chimiques, convoyées par ferry à destination des immigrés, avant de se laisser convaincre par les autorités. Les riverains ont dit refuser que leur île, qui vit en grande partie du tourisme, soit transformée en «campement de réfugiés à quelques mois du début de la saison».

La Croix-Rouge dénonce une situation «inacceptable»

Le préfet Giovanni Caruso a annoncé la tenue d'une réunion mardi à Rome, convoquée par le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, afin de déterminer les sites vers lesquels les migrants de Lampedusa pourraient être évacués.

La Croix-Rouge a de son côté dénoncé une situation «inacceptable» dans le centre d'accueil, où s'entassent plus de 2.000 immigrés dans des conditions indécentes (absence de sanitaires en état de marche et de lits, promiscuité). Ils sont malgré tout mieux lotis qu'une centaine d'autres migrants trempés et grelottant de froid qui ont dû dormir ces derniers jours sur les quais du port, sous les auvents de camions ou protégés par des abris de fortune.

«Le comportement de l'Etat est honteux»

«Le comportement de l'Etat est honteux, l'Italie accepte que ces milliers d'immigrés soient traités comme des bêtes et obligés de dormir sous la pluie, toute l'Italie devrait avoir honte», a dénoncé le maire. Selon des chiffres officiels italiens, les arrivées ces dernières semaines de candidats à l'immigration représentent plus du double de celles recensées à Lampedusa, un confetti de 20 km2 perdu au sud de la Sicile, pour toute l'année 2010.

La plupart des 10.000 migrants débarqués sur l'île sont des Tunisiens partis après la chute de l'ex-président Zine El Abidine Ben Ali à la mi-janvier.