Les Palestiniens aspirent à une reconnaissance d'un Etat par l'ONU

© 2011 AFP

— 

Les Palestiniens se préparent à demander aux Nations Unies de reconnaître un Etat palestinien et de lui permettre de devenir membre de l'ONU, a indiqué dimanche le chef négociateur palestinien Saëb Erakat.

La décision d'aller de l'avant pour appliquer ce plan a été prise par la direction palestinienne, "c'est le choix du président Mahmoud Abbas", a affirmé à l'AFP. M. Erakat.

Ce négociateur a toutefois souligné qu'aucune date n'a été fixée pour mener à bien cette initiative qui prévoit une reconnaissance par la communauté internationale d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-est comme capitale. "Cela aura lieu le plus tôt possible", s'est contenté d'indiquer M. Erakat.

Ce plan a été mis au point après que les Etats-Unis ont imposé seuls leur veto en février au Conseil de sécurité de l'ONU à une résolution condamnant la poursuite de la construction de logements dans les colonies israéliennes.

La résolution mise au point par la direction palestinienne en vue de faire pression sur Israël pour arrêter la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, avait été votée par les 14 autres membres du Conseil de sécurité.

Les Etats-Unis avaient toutefois souligné que leur veto ne devait pas être interprété comme un soutien à la politique de colonisation d'Israël, mais plutôt comme le fait que le Conseil de sécurité n'était pas le meilleur cadre pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien.

M. Erakat a estimé que la nouvelle démarche des Palestiniens pourrait réussir la prochaine fois.

"Le choix de la Palestine de demander au Conseil de sécurité de devenir membre à part entière (de l'ONU) est réaliste", a ajouté M. Erakat.

Selon lui, les Palestiniens n'ont pas d'autre choix que chercher une alternative dans la mesure où les négociations avec Israël ne mènent nulle part.

"Nous sommes convaincus que les négociations avec le gouvernement (Benjamin) Netanyahu est impossible car il refuse d'arrêter les activités de colonisation", a poursuivi le négociateur.

"La direction palestinienne a décidé de commencer à recourir à des alternatives aux négociations, la demande de reconnaissance est la première d'entre elles", a également souligné M. Erakat.

Les pourparlers de paix israélo-palestiniens avaient repris le 2 septembre 2010 à Washington, pour s'interrompre le 26 septembre à l'expiration d'un moratoire israélien sur les nouvelles constructions dans les colonies juives de Cisjordanie.

Pour les reprendre, les Palestiniens réclament un gel total de la construction en Cisjordanie occupée ainsi qu'à Jérusalem-Est, la partie arabe annexée de la Ville sainte. Mais l'Etat hébreu a refusé de prolonger le moratoire.