Japon: «Plus que le séisme, c'est le tsunami qui a endommagé la centrale de Fukushima»

DECRYPTAGE Retour sur ce qui a provoqué la catastrophe nucléaire...

C. F.

— 

HO NEW / REUTERS

Alors que tous les yeux sont rivés sur le sort de la centrale de Fukushima au Japon, une catastrophe nucléaire semblant imminente, 20minutes.fr revient sur les causes qui ont provoqué cette réaction en chaîne.

Les réacteurs de Fukushima ont-ils été endommagés par le séisme?
Pas directement. «La cuve d’un réacteur peut résister à une magnitude de 10 sur l’échelle de Richter», indique Roland Desbordes, le président de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité). En revanche, selon le spécialiste, le reste des installations était censé résister à un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, pas de magnitude 9. Les secousses ont donc entraîné la rupture des systèmes d’alimentation en électricité et en eau.

Et par le tsunami?
Egalement plus fort que prévu, le tsunami a été dévastateur pour cette centrale située tout près des côtes, détruisant les systèmes de secours, qui devaient prendre le relais une fois l’alimentation électrique coupée. «Plus que le séisme, c’est le tsunami qui a endommagé la centrale de Fukushima», note  Bertrand Barré, retraité du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Il a notamment «noyé les groupes électrogènes enterrés en sous-sol», reprend Roland Desbordes.  Le tsunami a  ainsi provoqué une perte totale d'alimentation des systèmes de réfrigération, extérieure et intérieure (assurée dans ce cas par des générateurs diesel).

Une fois le système de secours coupé, que s’est-il passé?
Comme prévu en cas de catastrophe naturelle, les trois réacteurs en activité de la centrale nucléaire (1,2,3)  s’étaient arrêtés. Toute fission avait donc cessé, mais la chaleur dégagée par les fissions antérieures était toujours présente. Cette chaleur résiduelle, décroissante, doit être refroidie pendant plusieurs jours et c’est là que réside le problème: le système de secours ne fonctionnant plus, impossible de refroidir les réacteurs.

Quid des réacteurs 4, 5 et 6, qui étaient déjà à l’arrêt?
Même dans ces derniers, il faut continuer à refroidir le cœur des piscines de déchargement et les cœurs des réacteurs qui seraient restés éventuellement dans la cuve, explique l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire sur son site. Ce qui n’a pas été le cas. C’est pourquoi la piscine où se trouve le combustible usagé du réacteur n°4 de la centrale japonaise de Fukushima Daiichi reste une grave source d'inquiétude, a reconnu ce jeudi l'agence japonaise de sûreté nucléaire.

Pourquoi la centrale de Fukushima 1 a-t-elle été particulièrement touchée?
Quatre centrales, soit 14 réacteurs, ont été touchées par le séisme et le tsunami. Mais selon «la trajectoire de la vague, il est possible que Fukushima 1 ait été plus touchée», selon Bertrand Barré. D’autres soulignent la vétusté de cette centrale des années 70. Le réacteur n°1 devait notamment être mis hors service le mois dernier après quarante ans de fonctionnement mais son permis d'exploitation a alors été prolongé de dix ans.