Emeutes en Haïti après la présidentielle

©2006 20 minutes

— 

Plusieurs milliers de partisans du candidat à la présidentielle haïtienne, René Préval, ont bloqué la capitale Port-au-Prince hier avec des barricades

Ils considèrent que l'ex-président et ancien proche de Jean-Bertrand Aristide, qui n'a pas recueilli 50 % des voix selon des résultats partiels, a gagné et qu'un second tour n'est donc pas nécessaire

« La situation est très instable, il y a des barricades et des troubles un peu partout », a déclaré un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat

« Nous sommes mobilisés pour défendre notre vote, lance un manifestant

Préval a gagné à 75 %

Il se retrouve aujourd'hui à 48 %

Blanc ou Noir, personne ne nous empêchera de réclamer notre victoire

» Selon de nouveaux résultats diffusés hier par le Conseil électoral et portant sur 89,9 % des votes comptabilisés, René Préval n'obtient que 48,73 % des voix

Un responsable des Nations Unies a affirmé, toujours sous couvert d'anonymat, que « des casques bleus ont tiré sur des manifestants et [qu']il y aurait beaucoup de blessés »

La police haïtienne faisait, elle, état d'au moins un mort

La mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (Minustah) a démenti, reconnaissant seulement « des tirs en l'air » et la possibilité de plusieurs blessés par balles du fait d'inconnus

Dimanche déjà, plus de 10 000 personnes avaient manifesté à Port-au-Prince pour Préval

Les observateurs internationaux ont estimé que ces premières élections depuis la chute du président Aristide avaient été « libres », malgré un début très chaotique

Hier soir, les manifestants occupaient l'un des grands hôtels de la ville, qui abrite le centre de presse du Conseil électoral

F V
réunion Le Brésil, à la tête du contingent militaire des Nations Unies en Haïti, a demandé hier aux Etats-Unis, qui président actuellement le Conseil de sécurité de l'ONU, d'y organiser une réunion sur la situation en Haïti.