Révoltes dans le monde arabe en direct: La zone d'exclusion aérienne adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU

M.P. avec agences

— 

A.JADALLAH / REUTERS
1h00: Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir passé en notre compagnie.
La synthèse sur la résolution adoptée se trouve ici
0h55: Rome est prête à fournir ses bases pour faire respecter la no fly zone, selon Reuters.
0h20: Réunion terminée. En résumé, le Conseil de sécurité autorise le recours à la force pour protéger les populations civiles et instaure une zone d'exclusion aérienne, comme le demandaient Paris et Londres. La Chine et la Russie voulaient davantage de précisions sur la logistique mais n'ont pas fait jouer leur véto. Les premières frappes aériennes pourraient démarrer dans les prochains heures.
0h05: La Russie explique pourquoi elle s'est abstenue. Moscou voulait davantage de détails: Qui fera respecter la «no fly zone», quelles limites, quelles règles pour ouvrir le feu etc.
0h00: Selon Reuters, une foule en liesse agitant des drapeaux tricolores datant de la monarchie s'est rassemblée mercredi soir dans le centre de Benghazi pour saluer bruyamment du Conseil de sécurité de l'Onu.
23h55: L'Inde n'est pas satisfaite par le texte, qui ne comprend "pas assez de détails" sur la situation sur le terrain, ni sur la force qui sera employée. A entendre le représentant, le pays aurait bien voté contre mais s'est finalement abstenu. Idem pour le Brésil qui estime que l'emploi de la force "pourrait ne pas avoir les effets escomptés et mettre les populations davantage en danger."
23h50: Susan Rice, pour les Etats-Unis, est plus précise. La résolution demande "un cessez le feu immédiat et autorise l'usage de la force pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne et protéger les civils". D'autres sanctions sont inclues, comme le gel d'avoir financiers de plusieurs personnalités et organisations libyennes.
23h50: Le texte de la résolution parle également de "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les civils. Un language assez vague qui doit permettre l'utilisation de la force si nécessaire.
23h45: (A noter que le représentant allemand s'exprime en anglais. Alain Juppé peut prendre des leçons)
23h45: Reste à connaître les détails de cette "no fly zone". Principalement, quelle force sera responsable de la faire respecter (Otan, UE, force africaine etc).
23h45: "Le régime de Kadhafi a perdu toute légitimié", attaque Londres.
23h40: Le Liban, qui a co-signé la proposition rappelle qu'il ne s'agit "à aucun moment d'occuper le territoire libyen"
23h35: La "no fly zone", zone d'exclusion aérienne, est donc adoptée. Cela ouvre la porte à des attaques pour neutraliser les avions, radars et autres matériels militaires libyen. Cellles-ci pourraient commencer dans le prochaines heures.
23h35: Votes en faveur: 10
votes contre: 0
Abstentions: 5 (dont la Chine et la Russie)

Résolution adoptée
23h30: "Les troupes de Kadhafi continuent leur reconquête. Nous ne pouvons pas abandonner les populations civiles. C'est pour cette raison que la France a voulu contribuer de tout son poids pour établir une zone d'exclusion aérienne", poursuit Juppé (note: nous travaillons avec la traduction en anglais en direct de son discours)
23h25: Le Conseil est prêt à voter. Alain Juppé prend le micro pour une déclaration. "Le monde est en train de vivre l'une de ses plus importantes révolutions, un vent de liberté souffle", commence-t-il.
23h15: Alain Juppé sert des mains et a le sourire. Un signe qu'il a convaincu ses homologues?
23h05: Le vote est attendu à tout moment. Le webcast de l'ONU en direct, c'est dessous







22h35: Les insurgés appelés à rejoindre leurs postes
Le commandement des rebelles à Benghazi a appelé les insurgés à rejoindre leurs postes d'artillerie et de lance-missiles après l'annonce par le leader libyen Mouammar Kadhafi d'une offensive contre la ville, selon radio Benghazi, la station de l'opposition, citée par l'AFP.
21h20: Pour Tripoli, une action militaire autorisée par l'ONU serait «illégale et immorale»
C'est ce qu'a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement de Tripoli, Moussa Ibrahim. «Ce serait illégal et immoral. Il s'agit d'une rébellion armée. Tout pays dans cette situation l'aurait combattue, a-t-il dit. «Ceci ne devrait pas se produire. Cela va faire du mal au peuple libyen et ne fera que renforcer notre position parce que les Libyens auront alors un ennemi commun et serreront les rangs», a-t-il défendu.
20h52: La France prête à agir en Libye affirme Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères
20h50: Paris souhaite une action militaire dans les toutes prochaines heures en Libye s'il y a feu vert de l'ONU, déclare François Fillon, Premier ministre.
20h29: Hillary Clinton en Tunisie plaide pour les réformes
La secrétaire d'Etat américaine en visite en Tunisie, a promis jeudi soir que les Etats-Unis apporteraient leur soutien à la Tunisie nouvelle issue de la «révolution de jasmin» en janvier dernier. Cette révolution qui a chassé du pouvoir Zine ben Ali «n'est que le commencement» et des réformes politiques et économiques doivent suivre, a-t-elle dit à l'issue d'une tournée qui l'avait d'abord menée en Egypte, où le régime de l'ancien raïs Hosni Moubarak a également été renversé le mois dernier.
«La difficile tâche de bâtir une démocratie n'est pas aussi spectaculaire qu'une révolution. On la mène dans les bureaux, les maisons, les écoles, les édifices publics. C'est souvent frustrant (...) mais c'est ce qui reste à faire», a dit l'ancienne première dame des Etats-Unis sur la chaîne de télévision Nessma. Après avoir rencontré le président par intérim Fouad Mebazza, le Premier ministre Béji Caïd Essebsi et le ministre des Affaires étrangères Mouled Kefi, Hillary Clinton a assuré que les Etats-Unis se tiendraient aux côtés des Tunisiens au cours de cette «transition vers la démocratie et la prospérité».
20h18: «Nous allons chasser les traîtres de Benghazi», a déclaré Mouammar Kadhafi à la radio.
20h13:Le Qatar et les Emirats arabes unis pourraient participer à des opérations en Libye
Les petits pays pourraient participer à des opérations conjointes contre le régime du colonel Kadhafi en Libye dans le cadre d'un mandat des Nations unies, a déclaré jeudi soir le chef de la délégation de la Ligue arabe à l'ONU, Yahya Mahmassani. «C'est une possibilité, mais je ne peux pas confirmer», a-t-il dit à des journalistes.
20h00: Kadhafi demande à l'armée libyenne de ne pas poursuivre les rebelles qui déposeront les armes et prendront la fuite ce soir, dans une allocution radio.
Il a ajouté que les habitants de la capitale de la Cyrénaïque qui n'ont pas d'armes n'avaient rien à craindre mais que toutes les maisons seraient fouillées, rapporte Reuters.
19h50: «Nous arrivons ce soir! Pas de pitié!», crie Mouammar Kadhafi aux habitants de Benghazi dans une allocution à la radio libyenne. Les forces gouvernementales, dit le leader libyen, vont attaquer dans la soirée la ville de Benghazi, bastion de la rébellion situé à un 1.000km à l'est de la capitale Tripoli.
19h49: Le groupe pétrolier Eni charge du pétrole libyen venant du terminal de Bouri
Le groupe pétrolier italien charge un navire-citerne avec du pétrole libyen, a-t-on appris ce jeudi soir de sources du secteur du commerce et des transports, rapporte Reuters. Les puissances occidentales, l'Union européenne et les Nations unies ont imposé des sanctions au régime de Mouammar Kadhafi et gelé les avoirs libyens, à la suite de l'insurrection qui a débuté le mois dernier contre le colonel. Le pétrole chargé par Eni provient du terminal de Bouri, dans l'ouest du pays, qui est aux mains des forces loyales à Mouammar Kadhafi. «C'est vrai, mais c'est un cas exceptionnel. La production est presque réduite à néant», a déclaré l'une des sources au sujet des gisements pétroliers et gaziers exploités par Eni en Libye. Eni n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter cette information.
19h46: L'ONU va interdire «tous les vols» sur la Libye
Les Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU pourront «prendre toutes les mesures nécessaires» pour protéger les civils, selon le projet de résolution que le Conseil doit voter jeudi, et une «interdiction de tous les vols» au-dessus de la Libye est prévue.
19h38: La résolution de l'ONU exclut une «force d'occupation» en Libye
Le projet de résolution sur lequel le Conseil de sécurité des Nations unies doit se prononcer ce jeudi soir exclut une occupation. Le texte, dont Reuters a obtenu une copie, autorise l'établissement d'une zone d'exclusion dans le ciel libyen ainsi que «toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils et les zones peuplées de civils menacés d'une attaque, notamment Benghazi, tout en excluant une force d'occupation». Il autorise aussi les pays arabes, tout comme d'autres Etats, de prendre des mesures en coopération avec les Nations unies pour protéger la population civile libyenne.
19h28: Le leader libyen Kadhafi va s'adresser à la ville de Benghazi, fief des rebelles
«Le chef de la révolution va s'adresser aux fils de (...) Benghazi et ses propos seront diffusés par la radio et la télévision», a indiqué la télévision libyenne.
19h23: Hillary Clinton appuie l'opposition en Algérie
La secrétaire d'Etat américaine a réclamé, dans la capitale tunisienne, «un plus grand espace» pour l'opposition et le discours politique en Algérie, rapporte l'AFP.«Nous sommes très satisfaits par la levée de l'état d'urgence, mais nous pensons néanmoins que cela n'est pas suffisant», a-t-elle déclaré sur la télévision privée tunisienne Nessma, à l'occasion de son déplacement de 24 heures en Tunisie.
19h03: Allocution du roi Abdallah vendredi en Arabie saoudite
Le roi Abdallah émettra notamment des décrets, a rapporté l'agence officielle SPA, alors que le royaume a envoyé des troupes pour aider Bahreïn à contenir la contestation chiite.
18h56: Sept dirigeants d'opposition ont été arrêtés à Bahreïn
Ces arrestations interviennent au lendemain d'une répression des manifestations de la majorité chiite qui fait craindre un conflit régional, rapporte Reuters.
«Les militaires doivent se retirer de Bahreïn, les militaires d'Arabie saoudite, ceci est un appel au roi saoudien», a déclaré jeudi le cheikh Ali Salman, chef du principal mouvement d'opposition bahreïni, le Wefaq, à la chaîne de télévision Al-Jazira, rapporte Reuters.
«Nous réclamons une enquête des Nations unies sur ce qui s'est passé entre le 14 février et maintenant. Si les manifestants ont eut tort, ils devront rendre des comptes» a-t-il ajouté.
18h32: Les forces libyennes s'en prendront à des cibles civiles et militaires en cas d'intervention étrangère, menace le ministère libyen de la Défense
18h25: «Toute intervention en Libye mettra en danger le trafic aérien et maritime en Méditerranée», menace le ministère de la Défense libyenne à la télévision nationale libyenne.
«Le bassin méditerranéen sera confronté à un risque non seulement à court, mais aussi à long terme», ajoute-t-il.
18h20: Le vote du conseil de sécurité sur la zone d'exclusion aérienne en Libye et le renforcement des sanctions aura lieu à 22h GMT (23h à Paris), a annoncé à la presse l'ambassadeur britannique à l'Onu Mark Lyall Grant, rapporte Reuters.
17h50: Le Pentagone réservé sur une action militaire en Libye
Le département de la Défense des Etats-Unis a exprimé ce jeudi soir son inquiétude quant à l'hypothèse d'une intervention militaire en Libye pour soutenir l'insurrection face aux forces de Mouammar Kadhafi, rapporte Reuters. «Si ses inquiétudes sur l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne portent sur le fait d'attaquer les systèmes de défense anti-aérienne libyens, il est logique de penser que la perspective de frappes aériennes engendre des conséquences assez similaires», a dit un porte-parole du Pentagone, le colonel David Lapan. «Je pense que l'on peut sans grand risque dire qu'il y aurait une inquiétude quant au fait de mener des opérations militaires en Libye», a-t-il ajouté.
17h38: Deux avions abattus près de Benghazi, selon les rebelles
Les rebelles libyens affirment avoir abattu deux avions gouvernementaux qui menaient des raids dans la région de Benghazi, bastion de l'insurrection dans l'est du pays. L'information n'a pas été confirmée d'autres sources.
17h36: Deux pays arabes disent vouloir participer à l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye
C'est ce qu'affirme un représentant de la Ligue arabe à l'ONU.
17h35: Le vote sur la Libye prévu à 20h30 (heure française) au Conseil de sécurité
Finalement, le vote au Conseil de sécurité des Nations unies d'une résolution sur la Libye aura probablement lieu à 15h30 (20h30 à Paris), a déclaré la mission américaine à l'ONU. 
17h: Comme la France, les Etats-Unis espèrent une résolution dès ce mercredi
Les Etats-Unis espèrent que la Conseil de sécurité de l'Onu adoptera dans la journée une résolution sur la Libye, a annoncé le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns. «Je suppose que cela n'échouera pas. Je pense que nous pouvons adopter une résolution (...) J'espère que nous pourrons le faire aujourd'hui», a-t-il déclaré devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, interrogé sur un éventuel veto russe ou chinois.
16h30: L'heure du vote de l'ONU incertaine
Le vote d'une résolution du Conseil de sécurité sur la Libye peut intervenir dès ce mercredi, selon le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns. Paris souhaiterait que le Conseil se prononce dans la soirée sur l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne, indique l'ambassadeur de France aux Nations unies. «Nous demandons un vote à 18h (23h à Paris)», a-t-il déclaré à la presse. «Vous connaissez les Nations unies, elles peuvent dériver, mais nous allons demander un vote à 18h00.»
16h28: La France persuadée d'obtenir le feu vert de l'ONU pour une intervention militaire
Le Conseil de sécurité se prononce ce jeudi sur un projet de résolution franco-britannico-libanais qui sera notamment défendu sur place par le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. «Il serait étonnant qu'il y ait un veto d'un membre permanent (du Conseil de sécurité) et nous sommes persuadés d'avoir les neuf voix nécessaires», a déclaré un diplomate français quelques heures avant le vote. «Des opérations militaires pourront être lancées en quelques heures dès que la résolution sera votée», a-t-il ajouté.
15h29: Des opérations militaires internationales pourraient avoir lieu dans la nuit en Libye
Selon une source diplomatique, le projet de résolution de l'ONU autorise des opérations militaires qui pourraient intervenir dans les heures suivant son vote, qui doit intervenir à 23h (heure française). Ces opérations aériennes pourraient notamment être menées par la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et plusieurs pays arabes.
15h48: Des bombardements signalés à Ajdabiah, dans l'est de la Libye
L'artillerie libyenne pilonne des quartiers d'habitation d'Ajdabiah, dans l'Est, rapportent plusieurs chaînes de télévision par satellite. Un insurgé joint au téléphone par Reuters a également fait état d'intenses combats dans cette localité située au sud de Benghazi, fief de la rébellion. «Il y a des batailles acharnées dans le centre d'Ajdabiah et d'intenses bombardements, et des quartiers résidentiels sont en cours de destruction», a confirmé Hami al Hassi, l'un des cadres militaires de l'insurrection, interrogé à Benghazi par la chaîne Al Arabia. Al Djazira, qui cite des témoins, signale elle aussi d'intenses bombardements.
15h46: Selon les Etats-Unis, les troupes de Kadhafi seraient à 160 km de Benghazi
15h25: Pour l'Otan, il n'est pas trop tard pour intervenir en Libye
Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, ne pense pas qu'il soit trop tard pour intervenir en Libye mais juge que beaucoup dépend des Nations unies. «Il est essentiel de faire vite, le temps est compté, mais je ne pense pas qu'il soit trop tard. Cela dépendra en grande partie de la décision du Conseil de sécurité de l'ONU», a-t-il déclaré jeudi à Varsovie en évoquant les délibérations en cours à New York. «Je ne peux imaginer la communauté internationale et les Nations unies rester sans rien faire si le régime libyen continue d'attaquer sa propre population», a-t-il ajouté.
15h21: Les rébelles nient la perte de Misrata,dans l'ouest libyen
Les insurgés libyens démentent avoir perdu le contrôle de Misrata, troisième ville de Libye, comme l'affirme la télévision officielle. Un porte-parole du gouvernement a par la suite assuré que la ville tomberait avant vendredi matin. «Elle est presque entièrement sous contrôle. On en est au stade final. Ce devrait être fini demain matin», a-t-il déclaré. Des habitants et des rebelles basés à Misrata ont assuré que l'insurrection contrôlait toujours la ville, située à 215 km environ à l'est de Tripoli.
14h24: Zone d'exclusion en Libye - «Plus rien ne retient les Etats-Unis», annonce Londres
Plus rien n'empêche les Etats-Unis de se prononcer pour l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, a annoncé le chef de la diplomatie britannique William Hague à la Chambre des communes. «En fait, les Etats-Unis ont proposé un durcissement de la résolution présentée conjointement au Conseil de sécurité par le Royaume-Uni, la France et le Liban», a-t-il poursuivi, ajoutant qu'un nouveau texte serait débattu dans la journée au siège de l'ONU.
14h16: Exode de Libyens: l'Union européenne se prépare
L'Union européenne a appelé la communauté internationale à se préparer à un départ massif de Libyens de leur pays: «Nous prions pour l'issue la meilleure possible mais nous devons être prêts au pire, à un exode massif de réfugiés et de victimes» de la contre-offensive des forces armées du colonel Kadhafi, a prévenu la commissaire européenne à l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva, lors d'une conférence de presse.
Alors que jusqu'ici, les personnes fuyant la Libye étaient pour l'essentiel des travailleurs étrangers cherchant à regagner leur pays, le nombre de Libyens parmi les réfugiés se présentant aux frontières tunisienne mais surtout égyptienne ne cesse de croître, a-t-elle dit.
14h10: Syrie: 5 manifestants arrêtés puis libérés
Les autorités syriennes ont libéré ce jeudi cinq des personnes arrêtées mercredi dans la capitale Damas, lors d'une manifestation de parents de détenus politiques, ont indiqué des ONG, dont Human Rights Watch qui a appelé à la libération de tous les manifestants interpellés, rapporte l'AFP. L'écrivain Tayeb Tizini, le journaliste Mazen Darouiche, Maïmouna Meemar, Amer Daoud et son fils Ricardo ont été libérés mercredi soir, a indiqué l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme (OSDH) dans un communiqué.
Un des militants relâchés a raconté à l'organisation de défense des droits de l'Homme HRW que «les services de sécurité ont demandé aux personne arrêtées le mot de passe de leur compte sur Facebook.
13h57: A Benghazi, un avion pro-Khadafi abattu
Les forces loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont tenté de bombarder ce jeudi des positions de la rébellion dans la ville de Benghazi, qui a réussi à repousser l'offensive, abattant au moins un avion, a-t-on appris d'un porte-parole de la rébellion et un médecin sur place, rapporte l'AFP.
13h55: Un porte-parole des insurgés dément la présence des forces libyennes pro-Kadhafi dans les faubourgs de Benghazi, annoncée par la télévision publique libyenne il y a quelques minutes.
«Il ne sont pas près de Benghazi», a déclaré Essam Gheriani, au nom du mouvement rebelle du 17 février. Le porte-parole a en revanche reconnu que les forces fidèles à Mouammar Kadhafi approchaient de Zoueïtina, à une vingtaine de kilomètres au nord d'Ajdabiah. «Elles ont été encerclés par les forces révolutionnaires qui s'occupent d'elles», a-t-il ajouté.
13h40: Les combats dans la ville libyenne de Misrata ce mercredi auraient fait 18 morts selon la rébellion, rapporte l'AFP.
13h28: La France «condamne» les violences contre les manifestants en Syrie, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.
La France demande par ailleurs la libération de tous ceux qui ont été arrêtés à cette occasion.
13h22: Au Bahreïn, la police ouvre le feu sur des manifestants
La police bahreïnie a ouvert le feu ce jeudi sur des manifestants dans le village chiite de Deih, à l'ouest de Manama, a affirmé à l'AFP un défenseur des droits de l'Homme qui se trouvait sur place.
13h20: Les forces fidèles à Kadhafi ont atteint les faubourgs de Benghazi, rapporte la télévision officielle libyenne.
Benghazi est la deuxième ville du pays située dans l'est et bastion de l'insurrection depuis plus d'un mois. La télévision libyenne rapporte également que les forces régulières ont pris le contrôle du port de Zoueïtina, à une vingtaine de kilomètres au nord d'Ajdabiah, rapporte Reuters.
12h52: Explosions autour de l'aéroport de Benghazi
Des coups de feu et des explosions ont été entendus jeudi autour de l'aéroport de Benghazi, capitale de l'insurrection libyenne, rapporte la télévision officielle libyenne sans plus de détails.
12h50: Alain Juppé à l'ONU pour défendre la proposition de la zone d'exclusion aérienne en Libye
Le ministre des Affaires étrangères se rend à New York pour défendre la position française.
12h34: Des habitants et des rebelles affirment que les insurgés contrôlent toujours la ville libyenne de Misrata, à 200 km de la capitale Tripoli, contrairement à ce qu'a annoncé la télévision d'Etat.
12h25: La télévision d'Etat libyenne assure que Misrata, la troisième ville du pays, est tombée aux mains des troupes de Mouammar Kadhafi.

Saïf el Islam, le fils de Mouammar Kadhafi, a prévenu mercredi: «Dans 48 heures, tout sera fini». De fait, les forces pro-Kadhafi avancent vers l’est, reprenant des villes aux mains des insurgés. Ils ciblent Misrata, la troisième ville du pays, et visent ensuite Benghazi, le fief des rebelles.

Parallèlement, la communauté internationale tente de se mobiliser. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit ce jeudi pour voter sur la proposition instaurant une zone d'exclusion aérienne. Même si Mouammar Kadhafi a jugé que quelle que soit l’initiative prise par la communauté internationale, «c’est trop tard».