Georges Corm, ancien ministre libanais des Finances

©2006 20 minutes

— 

Quel regard portez-vous sur l'héritage politique de Rafic Hariri ?

Il est très difficile d'exprimer un point de vue nuancé sur Rafic Hariri

Mais ses différents mandats ont eu de graves conséquences économiques, comme l'appauvrissement de la classe moyenne, celle-là même qui va célébrer l'anniversaire de sa mort

Il a aussi accentué les divisions confessionnelles

La pleine application de la résolution 1559 peut-elle avoir des effets négatifs sur le pays?

Cette résolution est inapplicable en l'état, du fait de la situation géopolitique du Liban

Il est encore trop tôt pour désarmer le Hezbollah, qui est un garant de sécurité et de stabilité dans le sud du pays [occupé par Israël jusqu'en 2000]

Cette résolution semble aussi servir des objectifs de déstabilisation de la Syrie à partir du Liban, ce qui a entraîné une crispation dommageable des relations entre les deux pays

Le retrait des troupes syriennes a-t-il été une bonne chose ?

Bien sûr

Mais les conséquences attendues de ce retrait, un changement de régime à Damas, n'ont pas eu lieu

On a beaucoup surestimé la faiblesse du régime syrien

Recueilli par MH