L'Etat appelle à la reddition et promet l'amnistie

— 

« Tout sera fini dans 48 heures », a assuré hier Saïf Al-Islam Khadafi, le fils du dirigeant libyen dans un entretien à Euronews. Après avoir pris Adjabiya lundi, les forces gouvernementales n'ont plus qu'à filer sur les 160 km de route désertique pour attaquer Benghazi, le bastion des anti-Kadhafi. Le gouvernement a appelé à la reddition, promettant l'amnistie… A l'Ouest, les forces de Kadhafi ont lancé une offensive sur Misrata. Fort de cette nouvelle donne, Saïf Al-Islam Kadhafi a réagi à l'attitude de Nicolas Sarkozy, le premier à avoir reconnu le Conseil national libyen : « La première chose que l'on demande à ce clown, c'est qu'il rende l'argent. C'est nous qui avons financé sa campagne et nous en avons la preuve. » Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, a jugé hier qu'il n'était pas trop tard pour intervenir en Libye. Nicolas Sarkozy a lui appelé l'ONU à imposer une zone d'exclusion aérienne « sans délai ».Anthony Nataf