Yémen: près de 200 blessés parmi des manifestants à Hodeïda

© 2011 AFP

— 

Près de 200 manifestants ont été blessés, dont dix par balle, lors de la dispersion mercredi d'un sit-in hostile au régime à Hodeïda, dans l'ouest du Yémen, selon des sources médicales.

La police a ouvert le feu et lancé des grenades lacrymogènes sur les protestataires rassemblés dans cette ville portuaire de la mer Rouge, alors que des partisans du régime les attaquaient à l'arme à feu, à coups de bâtons et de pierres, ont indiqué ces sources.

Près de 200 personnes ont été blessées parmi lesquelles dix par balle, une vingtaine par des armes blanches et une trentaine par des pierres, ont précisé des médecins qui gèrent un centre d'urgence sur le lieu du sit-in.

Selon des organisateurs du rassemblement, certains ont été intoxiquées par les gaz lacrymogènes, tirés par les forces de l'ordre.

Une quarantaine de personnes ont été tuées dans les troubles au Yémen depuis le début fin janvier du mouvement de contestation appelant au départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans.

Dans la ville de Jouf, au nord-est de Sanaa, les combats se sont poursuivis pour la troisième journée consécutive entre des partisans du parti au pouvoir, le Congrès populaire général (CPG) et des sympathisants de l'opposition, selon un responsable local. Trois partisans du CPG ont été blessés.

Les affrontements revêtent un caractère tribal, les partisans du CPG faisant partie des tribus d'Al-Hamad et Al-Hadra alors que les opposants appartiennent à d'autres tribus.

Un opposant avait été tué mardi dans un affrontement dans cette ville frontalière de l'Arabie saoudite.

Les partisans du régime tentaient de déloger les opposants retranchés depuis lundi dans les bureaux du siège du gouverneur de la province, selon des témoins.