Berlin refuse d'intervenir militairement en Libye

LIBYE Contrairement à la France, l'Allemagne refuse de soutenir le projet de zone d'exclusion aérienne...

© 2011 AFP

— 

L'Allemagne a refusé mercredi de soutenir le projet de zone d'exclusion aérienne contre l'aviation libyenne défendu par la France, refusant d'être entraînée «dans une guerre en Libye».

«Nous ne voulons et ne pouvons pas devenir partie prenante à une guerre civile en Afrique du Nord», a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, devant le Bundestag (chambre basse du Parlement).

Pour le ministre, une zone d'exclusion aérienne est une opération militaire, qui suppose la neutralisation au préalable des défenses antiaériennes. Et si elle se révèle inefficace, elle entraînera la question d'un envoi de troupes au sol.

«Nous ne voulons pas nous engager sur une pente au bout de laquelle les soldats allemands participeraient à une guerre en Libye», a-t-il insisté sous les applaudissements des députés.

Son homologue français Alain Juppé avait estimé auparavant qu'il n'était pas encore trop tard pour «neutraliser les moyens aériens» du colonel Mouammar Khadafi. Il affirmait sur son blog que «plusieurs pays arabes», qu'il n'a pas identifiés, s'étaient dits prêts à participer à une opération militaire en Libye.

«Il est souvent arrivé dans notre histoire contemporaine que la faiblesse des démocraties laisse le champ libre aux dictatures. Il n’est pas encore trop tard pour faire mentir cette règle», écrit Alain Juppé.

Le nouveau chef de la diplomatie française est attendu jeudi à Berlin pour sa première visite depuis sa prise de fonctions.