Abbas prêt à discuter avec le Hamas à Gaza pour mettre "fin à la division"

© 2011 AFP

— 

Les dirigeants palestiniens rivaux du Fatah et du Hamas ont affiché mercredi leur intention de reprendre le dialogue, en réponse aux dizaines de milliers de manifestants qui avaient réclamé la veille la "fin de la division".

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est dit "prêt à retarder la formation du gouvernement" que devait annoncer incessamment son Premier ministre Salam Fayyad, pour permettre un accord d'union nationale avec le Hamas sur la constitution d'un cabinet non partisan chargé de préparer les élections.

"Je suis prêt à aller demain à Gaza pour mettre fin à la division et former un gouvernement de personnalités nationales indépendantes (...) pour préparer des élections présidentielle, législatives et au Conseil national dans les six mois ou dès que possible", a déclaré M. Abbas dans un discours télévisé lors d'une réunion du Conseil central de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"Je demande au frère Ismaïl Haniyeh (le chef du gouvernement du Hamas à Gaza) de prendre les dispositions nécessaires pour organiser cette visite en coordination et en concertation avec les autres mouvements et la population de la bande de Gaza pour m'accueillir à Beit Hanoun (point de passage contrôlé par le Hamas) dans les 2, 3 ou 4 prochains jours afin de tourner cette page noire et honteuse de la division", a-t-il ajouté.

Le Hamas s'est "félicité" de la réponse positive de M. Abbas à l'invitation que lui avait lancée la veille M. Haniyeh, pour "une rencontre immédiate à Gaza ou ailleurs" afin d'entamer "un dialogue national global", en réponse aux manifestations de dizaines de milliers de Palestiniens pour l'unité nationale.

"Le Hamas se félicite de l'acceptation par M. Abbas de l'initiative d'Ismaïl Haniyeh. Nous allons suivre les préparatifs de cette visite", a déclaré à l'AFP un porte-parole du mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, Sami Abou Zouhri.

Selon le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, "l'initiative du président a pour but de rencontrer M. Haniyeh en vue de la formation d'un gouvernement de personnalités nationales neutres".

"Le président a indiqué être prêt maintenant à reporter la formation d'un nouveau gouvernement palestinien pour assurer le succès de son initiative", a précisé M. Abou Roudeina.

"J'appelle le Hamas à ne pas gâcher cette chance historique de mettre fin à la division et de nous unir face aux menaces qui peuvent gravement nuire à notre cause", a insisté M. Abbas.

"J'appelle notre peuple palestinien, les forces politiques et la jeunesse à faire pression sur le Hamas pour qu'il donne suite à cette initiative susceptible de répondre aux aspirations et aux espoirs de tous les Palestiniens", a-t-il dit.

Dans un communiqué, le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, s'est "félicité grandement de ce développement" et a "souhaité que la visite du président Abbas à Gaza survienne bientôt".

"Il est très important que les dirigeants (palestiniens) répondent aux voeux affichés par le peuple en faveur de l'unité. Celle-ci a trop tardé et elle est vitale pour les aspirations légitimes des Palestiniens", a souligné M. Serry.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi à Gaza et en Cisjordanie pour réclamer la fin de la division entre les deux territoires palestiniens, contrôlés respectivement par le Hamas et l'Autorité palestinienne.