Un navire de migrants coule

Alexandre Sulzer

— 

Lundi, jour de l'accident, 1 500 personnes ont débarqué à Lampedusa.
Lundi, jour de l'accident, 1 500 personnes ont débarqué à Lampedusa. — S. RELLANDINI / REUTERS

Les bateaux de clandestins continuent d'arriver, et de couler à Lampedusa. Trente-cinq migrants partis du port tunisien de Zarzis sont portés disparus. Le navire qui les transportait a chaviré avant-hier peu de temps après avoir pris la direction de l'île italienne. Cinq naufragés ont pu être secourus par un autre bateau de clandestins qui se dirigeait aussi vers l'Italie. Selon l'agence italienne Ansa, ni la police ni l'armée tunisienne n'ont confirmé ce naufrage, mais un navire de la marine serait parti sur la zone possible de l'incident. Le même jour, 1 500 migrants ont débarqué dans l'île.

Le témoignage d'un journaliste
Parmi eux, 112 personnes dont l'embarcation a coulé à proximité du port de Lampedusa ont pu être secourues par les gardes-côtes italiens. Domenico Quirico, journaliste au quotidien La Stampa, était à bord. « Lors de la traversée, le moteur s'est coupé trois fois, mais a pu être relancé. Lorsqu'on a aperçu au loin les lumières de Lampedusa, le moteur a explosé, la pompe qui aspirait l'eau au fond du bateau n'a plus fonctionné et nous avons coulé très rapidement, raconte-t-il à 20 Minutes. Heureusement, les gardes-côtes nous ont secourus immédiatement. Sinon, nous serions tous morts. »

Marocains

Les autorités italiennes ont interdit l'entrée de leurs eaux territoriales à un ferry marocain transportant 1 850 personnes fuyant les combats en Libye.