Libye: Un projet de résolution pour une zone d'exclusion aérienne sur la table

REVOLTE Sur le terrain, les forces fidèles au leader libyen reprennent du terrain...

M. P. et A.-L.-B avec Reuters

— 

Les combats font rage entre les insurgés libyens et les forces fidèles à Kadhafi dans la ville de Brega, le 13 mars 2011.
Les combats font rage entre les insurgés libyens et les forces fidèles à Kadhafi dans la ville de Brega, le 13 mars 2011. — G. GUERCIA / AFP

Dernière info: Le Conseil de sécurité des Nations unies a fait circuler mardi un projet de résolution sur l'instauration d'une zone d'exclusion dans le ciel libyen autorisant «toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre» une interdiction de l'ensemble des vols ainsi qu'à protéger les populations civiles. Il autorise notamment les Etats membres à «prendre toutes les mesures nécessaires pour les faire appliquer». Les Quinze du conseil devraient se revoir mercredi.

Pour Mouammar Kadhafi, qui a entrepris une sanglante opération de reconquête, la cause est entendue, il a gagné. Les rebelles «n'ont plus d'espoir, désormais c'est une cause perdue pour eux», a-t-il assuré dans un entretien à Il Giornale. Pour les insurgés, il n'y a que «deux possibilités: se rendre ou fuir», a poursuivi le dirigeant libyen, en affirmant que «ces terroristes utilisent les civils comme boucliers humains y compris les femmes ».  Le leader libyen a également déclaré qu'il s'est senti «choqué et trahi» par ses anciens amis européens, qu'il menace de mesures de rétorsion.

Sur le terrain, où l’armée fidèle à Kadhafi progresse vers l’est, la réalité semble tout autre. Mardi soir, l'armée a marché sur Benghazi en «mission humanitaire». Le port pétrolier de Brega, dans le golfe de Syrte, cible de nombreux combats ce mardi matin, a fini par tomber. Même scénario à Ajdabiah, désormais sous le «contrôle total» des forces fidèles à Mouammar Kadhafi, ont rapporté la télévision libyenne et des témoins.

Un journaliste de Reuters a constaté que des rebelles, dont il n'a pas précisé le nombre, s'étaient retiré de cette localité située à 160 km à l'ouest de Benghazi, fief du soulèvement déclenché il y a un mois contre le régime de Tripoli. Depuis la semaine dernière, les forces de Kadhafi se sont emparées de plusieurs villes qui étaient aux mains des insurgés, comme le port pétrolier de Ras Lanouf, aux prix de raids meurtriers.

Le temps joue en défaveur des insurgés

A l'autre bout du pays, près de la frontière tunisienne, les kadhafistes ont repris lundi Zouara, une des dernières localités que les rebelles tenaient dans l'ouest du pays. Depuis une semaine, les fidèles du leader libyen ont gagné 160km sur les insurgés. Les troupes gouvernementales appliquent la même tactique pour reprendre les villes tenues par les rebelles.

Parallèlement, la communauté internationale hésite sur des sanctions à prendre concernant le régime du dirigeant libyen. Lors de la réunion du G8, ce mardi à Paris, les ministres des Affaires étrangères ont appelé à de nouvelles mesures à l'ONU pour «accroître les pressions» sur Mouammar Kadhafi, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. Mais aucune zone d'exclusion aérienne a été mentionnée.