La grippe aviaire tue dans l’est de la Turquie

© 20 minutes

— 

De notre correspondant « J’ai deux enfants malades avec fièvre, toux et selles sanglantes, mais je ne sais pas s’ils ont la grippe aviaire, je n’ai pas les moyens de les emmener à l’hôpital », se lamente Mehmet Nuri Elnazik, agriculteur de la province de Dogubeyazit (frontière iranienne). Il reconnaît avoir mangé « une dizaine de ses poulets morts, comme d’habitude », parce qu’il n’avait pas d’information sur la maladie. Dans cette région pauvre et reculée de l’Est, la moindre volaille est un moyen de subsistance et les équipes vétérinaires ont du mal à convaincre les habitants de s’en débarrasser. C’est pourtant ce que les autorités tentent de faire, après confirmation de la contamination humaine et le décès de deux enfants, dimanche et hier. Ce sont les premiers cas mortels chez l’homme en dehors de l’Extrême-Orient. « Nos efforts d’information de la population se poursuivent », a expliqué le ministre de la Santé, Recep Akdag, recommandant un maximum d’hygiène et la consommation de volaille industrielle. Le gouvernement a débloqué 7,5 millions d’euros pour circonscrire l’épizootie, dépêchant des équipes de décontamination et du matériel de traitement des malades. Selon Akdag, les médicaments antiviraux sont « suffisants » pour l’instant. L’alerte est cependant sérieuse. Le ministre de l’Agriculture a annoncé hier soir que cinq provinces connaissent des foyers d’infection animale. Au croisement de plusieurs routes migratoires d’oiseaux sauvages provenant d’Extrême-Orient, la Turquie est surveillée de près par les autorités sanitaires internationales et européennes. Celles-ci craignent la propagation en Europe des contaminations humaines par le virus H5N1. Le ministre turc de la Santé affirme « ne pas craindre de pandémie pour l’instant ». Mais les hôpitaux sont en état d’alerte. Jérôme Bastion

éradication Après une quarantaine stricte et l’élimination de 11 000 bêtes, les autorités avaient déclaré à tort, en décembre, qu’elles avaient éradiqué le virus, apparu en octobre à l’ouest du pays.