«Pour l’instant, l’avenir reste très flou»

© 20 minutes

— 

Spécialiste du Proche-Orient à l’Institut français de relations internationales (Ifri). L’hospitalisation de Sharon suscite l’inquiétude dans le monde sur la poursuite du processus de paix... Rappelons d’abord que les actes de Sharon en faveur de la paix ne faisaient pas partis d’un processus de paix négocié. Le retrait de Gaza était une décision unilatérale, même si le geste était fort et a suscité beaucoup d’espoir. Reste que Sharon a eu la poigne nécessaire pour faire accepter le retrait auprès d’une frange d’Israéliens hostiles. Longtemps considéré comme un faucon, Sharon a considérablement changé de discours en créant Kadima... Il est en effet passé d’un discours sécuritaire au début de la deuxième Intifada à une politique de conciliation. Lors de sa création, les partisans de Kadima (centre-droit) clamaient « Sharon va nous mener à la paix ». Son accident est un événement majeur car Kadima reposait sur lui. Quel dirigeant israélien pourrait poursuivre cette politique de conciliation avec les Palestiniens ? Personne n’a encore la réponse. Le problème, c’est que Sharon a un charisme que les autres politiciens israéliens n’ont pas. Tout dépendra de ce qui sortira des élections palestiniennes et israéliennes. Il sera temps alors de discuter. Mais pour l’instant, l’avenir reste très flou. Recueilli par F. V.

titre ou Isolés par un muret de 70 cm de large et de 13 cm d km/h hors couloirsIsolés par un muret de 70 cm de large et de 13 cm d km/h ho