Japon: Revivez les événements de ce samedi: 25 Français toujours portés disparus

20minutes.fr avec agences

— 

La ville côtière de Kesen Numa, au nord-est du Japon, le 12 mars 2011, au lendemain du tsunami qui a ravagé la région.
La ville côtière de Kesen Numa, au nord-est du Japon, le 12 mars 2011, au lendemain du tsunami qui a ravagé la région. — KYODO/REUTERS
>> Suivez la situation en direct sur la télévision japonaise NHK ci-dessous

21h00: Ce live est désormais terminé. Nous vous donnons rendez-vous demain pour suivre l'évolution des événements au Japon. Pour lire la synthèse des événements de la journée de samedi, c'est par ici.
19h45: Le réseau Sortir du nucléaire monte au créneau
L'association dénonce le non-respect en France des normes sismiques de référence. Elle accuse même EDF d'avoir «falsifié les données sismologiques pour éviter d'avoir à reconnaître» ses manquements et «d'investir au moins 1,9 milliard d'euros afin de mettre les réacteurs aux normes». «Le dramatique exemple japonais démontre qu'il est totalement impossible de construire des réacteurs nucléaires résistant à un séisme», avance-t-elle.
18h40: Une première journée de recherches cruciale
Actuellement, 50.000 soldats et personnels de secours sont mobilisés pour porter assistance aux rescapés, selon l'AFP. Selon le Premier ministre Kan, ce premier jour de recherches est crucial.
18h12: «Accident grave», ou «catastrophe nucléaire»?
Eric Besson a estimé que l'explosion dans la centrale de Fukushima était un «accident grave», mais il a refuté la dénomination de «catastrophe nucléaire». Anne-Laure Meladeck, porte-parole de l'association Sortir du nucléaire, interrogée par i-Télé, a elle appelé à la prudence, estimant que le manque d'infiormations ne permettait pas de qualifier ce qui s'est passé au Japon.
18h08: La France est parée à tout risque de séisme, selon Eric Besson
La France a intégré les risques de séisme ou d'inondation dans ses centrales, a indiqué Eric Besson, le ministre chargé de l'Industrie. «Il y a des révisions régulières», a-t-il précisé, alors que la sécurité nucléaire en France fait débat aujourd'hui.
18h02: 25 Français toujours recherchés
Les vingt-cinq Français portés disparus sont toujours recherchés dans la région de Sendai au Japon, selon l'ambassade de France. «Nous faisons des efforts particuliers pour localiser nos compatriotes qui se trouvaient dans des zones critiques et dont nous sommes encore sans nouvelles», a déclaré à Paris le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, qui a tenu à dire que la recherche prendrait du temps, «compte-tenu des problèmes de communication sur place».
17h58: L'outre-mer ne risque rien, selon NKM
Lors de la conférence de presse organisée au ministère de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet précise que l'outre-mer français n'est pas menacé, d'autant que les rejets de la centrale japonaise sont «faiblement radioactifs».
17h43: 8.000 fois plus fort que Christchurch
Selon des experts cités par l'AFP, le séisme japonais est plus puissant que celui qui a secoué la Nouvelle-Zélande il y a quelques semaines. Le séisme est d'une puissance 8.000 fois plus importante que celui de Christchurch.
17h41: Plusieurs pays vont porter assistance au Japon
Une équipe d'experts onusiens est attendue au Japon. Selon l'ONU, le pays a «accepté des offres d'assistance» de plusieurs pays.
17h38: Le «plus important séisme» depuis un siècle
Le gouvernement japonais a reconnu que le séisme qui a touché le pays vendredi était «le plus important depuis l'ère Meiji» (1868-1912).
17h29: Tokyo demande une aide énergétique à la Russie
Le Japon a demandé à la Russie d'augmenter ses fournitures énergétiques au Japon, a indiqué le vice-Premier ministre russe, Igor Setchine.La Russie pourrait accroître de 150.000 tonnes ses fournitures de gaz naturel liquéfié au Japon. Pour ce qui est du charbon, la possibilité d'augmenter de trois ou quatre millions de tonnes les livraisons va être mise à l'étude, précise l'agence Itar-Tass.
17h15: La France va envoyer des hommes au Japon
Paris va envoyer samedi soir deux détachements de sécurité civile au Japon pour participer aux recherches des victimes du gigantesque séisme et du tsunami qui ont frappé l'archipel vendredi. Les autorités japonaises ont accepté la proposition d'assistance de Paris, annonce le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, dans un communiqué. «Des moyens français en matière de déblaiement, de sûreté nucléaire ou dans un autre domaine peuvent être mobilisés dans les meilleurs délais, en fonction des souhaits exprimés par le Japon», ajoute le chef de la diplomatie.
16h57: Daiichi à 4 sur une échelle de 1 à 7
L'agence japonaise de sûreté nucléaire évalue l'incident à la centrale de Daiichi à 4 sur une échelle de 1 à 7. Elle le juge moins grave que ceux de Tchernobyl et Three Mile Island.
16h35: Trois personnes exposées à des radiations?
Selon l'AFP, au moins trois personnes d'une ville proche de la centrale ont été exposées à des radiations. Elles vont toutes les trois subir un lavage spécial, mais leur santé ne semble pas en danger.
16h15: Un nouveau Tchernobyl? Les experts ne le pensent pas
Selon les experts cités par Reuters, le Japon ne doit pas craindre une répétition de l'accident de Tchernobyl. Selon eux, les images de la centrale suggèrent qu'une infime quantité de radiation, en comparaison avec la catstrophe de 1986, a été expulsée.
16h12: L'Allemagne incite ses ressortissants à quitter les lieux touchés
L'Allemagne invite ses concitoyens qui résident dans les environs de Fukushima, Tokyo et Yokohama à quitter les lieux.
Les familles avec enfants sont visées en particulier. Tous les voyages non indispensables vers le Japon sont déconseillés.
16h10: Un nuage radioactif contaminerait la Russie en moins d'un jour
Selon surveillance sanitaire russe, un éventuel nuage radioactif pourrait atteindre la péninsule du Kamtchatka en moins de 24 heures.
16h03: 300.000 Japonais évacués
En plus des 1.700 morts et disparus, l'agence de presse Kyodo ajoute qu'environ 300.000 riverains ont été évacués de leurs foyers, ce nombre étant susceptible d'augmenter avec l'extension à un rayon de 20 km de l'ordre d'évacuation autour de la centrale nucléaire accidentée de Daiichi, dans la préfecture de Kukushima.
15h32: Plus de 1.700 personnes mortes ou disparues au Japon
C'est le dernier bilan établi par l'agence japonaise Kyodo.
14h47: Trois employés de la centrale de Fukushima irradiés
Selon l'agence de presse Jifi, trois employés des environs de cette centrale souffrent de radiations. L'AIEA a précisé que les autorités japonaises lui avaient dit qu'elles procédaient actuellement «à l'examen de l'état du coeur du réacteur» de la centrale de Fukushima, où une fuite s'est produite.
14h44: Réunion de crise européenne sur la sécurité nucléaire
La Commission européenne va convoquer «en début de semaine prochaine» une réunion des autorités européennes chargées de la sécurité nucléaire et l'industrie du secteur pour tirer les leçons de l'incident nucléaire au Japon, indique-t-elle dans un communiqué.
14h30: 9.500 personnes manquantes
La télévision japonaise NHK a annoncé que les autorités sont sans nouvelles de 9.500 habitants du port de Minamisanriku.
14h28: Les autorités japonaises se préparent à distribuer de l'iode
L'information a été transmise à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). La distribution serait destinée aux personnes vivant près des centrales nucléaires touchées par le séisme du 11 mars. L'iode permet de protéger le corps humain de la contamination radioactive. L'AIEA a renouvelé son offre d'aide technique au Japon, a précisé l'agence onusienne dans un communiqué.
14h23: Une forte secousse tellurique frappe Fukushima
La secousse a eu lieu à 14h15 heure de Paris, et a atteint une magnitude préliminaire de 6, a annoncé la télévision nationale NHK.
14h17: Réunion ministérielle sur les risques nucléaires
Une réunion se tiendra en fin d'après-midi ce samedi autour de la ministre de l'Ecologie pour faire le point sur la situation après l'explosion dans une centrale nucléaire au Japon, a-t-on appris auprès du ministère. Le groupe nucléaire Areva et l'électricien EDF participeront à cette cette réunion, présidée par Nathalie Kosciusko-Morizet, en présence du ministre de l'Energie, Eric Besson, a-t-on ajouté de même source. L'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et le CEA ont également été conviés. Il s'agit de faire le point sur la situation au Japon, d'évoquer les éventuels risques liés à un nuage radioactif dans les territoires d'Outre-Mer français et les mesures de prévention contre les risques sismiques et les inondations dans les centrales nucléaires françaises, précise-t-on dans l'entourage de la ministre de l'Ecologie.
13h42: L'autorité nucléaire française promet la transparence
Les autorités françaises du nucléaire ont promis de traquer les conséquences de l'explosion et d'informer les Français «en temps réel» des éventuels risques. Le président de l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, et la présidente de l'Institution de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Agnès Buzyn, ont tenu une conférence de presse à Paris, lisant une déclaration solennelle et refusant les questions des journalistes. L'ASN et l'IRSN vont surveiller la qualité de l'air en France après cet accident. «Nous mettrons en ligne l'ensemble des données chiffrées de cette surveillance. Cela permettra à tout le monde d'être informé. Nous jouons clairement la transparence.»
13h01: L'explosion n'a pas eu lieu au niveau du réacteur nucléaire
L'explosion ne s'est pas produite au niveau du caisson du réacteur, a assuré le secrétaire général du gouvernement japonais, mais par de la vapeur d'eau issue du processus de refroidissement. Les mesures montrent que la radioactivité a baissé après cette explosion, a poursuivi Yukio Edano, précisant que l'opérateur Tepco avait pris des mesures pour éviter une situation critique. Aucune fuite importante n'est à attendre, a-t-il ajouté.
12h32: 25 Français restent portés disparus
Vingt-cinq Français sont toujours recherchés dans la région de Sendai, a déclaré samedi le porte-parole de l'ambassade de France, interrogé sur LCI. Ils n'ont «pas pu être contactés (...) Les personnes sont très difficilement joignables donc cela ne veut pas dire qu'il leur est arrivé malheur - même si c'est une hyopthèse qu'on ne peut pas exclure non plus bien entendu - mais nous sommes sans nouvelles de la moitié de nos ressortissants», a ajouté le porte-parole.
Les autorités françaises ont en revanche retrouvé les 19 ressortissants installés près de Fukushima. Environ 9.000 Français vivent au Japon actuellement, selon le ministère des Affaires étrangères qui n'évoque pas pour l'instant de victimes françaises.
12h30: Le Premier ministre japonais va faire une déclaration sous peu, rapporte Kyodo
12h30: Activité suspendue dans toutes les usines japonaises de Toyota
Toyota a annoncé que l'activité de ses 12 usines japonaises allait être suspendue pour vérifier leur état et garantir la sécurité du personnel. Le premier constructeur automobile japonais avait auparavant annoncé la suspension de l'activité dans deux unités.  
12h26: Point de situation de l'Autorité de Sûreté Nucléaire
L'ASN fera à 13h un point de situation concernant la situation au Japon.
11h55: L'hydrogène à l'origine de l'explosion, selon un expert
«Il s'agit évidemment d'une explosion d'hydrogène (...)», a déclaré à Reuters Ian Hore-Lacy, directeur de communication de l'association nucléaire mondiale, dont le siège se trouve à Londres. «Si l'hydrogène a explosé, il n'y en a plus, il ne présente donc plus de danger. Pour ce que nous en savons, il n'y a pas particulièrement de risque de fuites radioactives. C'est possible, mais nous n'en savons rien. Il n'y a pas de raison de penser qu'il y a une de ce fait», a-t-il ajouté
11h52: Entre 300 et 400 corps retrouvés
L'armée japonaise déclare avoir retrouvé de 300 à 400 corps dans le port de Rikuzentakata, dans le nord-est du pays, submergé la veille par le tsunami.
11h49: Peu probable que la cuve du réacteur ait subi de «sérieux dommages»
Selon  un «officiel» de l'Agence de sûreté nucléaire  et industrielle japonaise, citée par l'agence Kyodo, de sérieux dégâts affectant le caisson du réacteur de la centrale Fukushima sont «peu probables».
11h46: Un nouveau Tchernobyl?
«L'essentiel et la seule vraie question, c'est de savoir ce qui a explosé: s'il s'agit de l'enceinte de confinement, on est dans une configuration Tchernobyl. Mais il peut s'agir d'un bâtiment à côté du réacteur, et en ce cas l'explosion ne traduit pas la gravité de la situation», indique à l'AFP, à Paris, Stéphane Lhomme, responsable de l'Observatoire du nucléaire, qui milite pour l'abandon de l'énergie nucléaire.
11h44: Une messe à Notre-Dame pour les victimes du séisme
La messe de dimanche soir à Notre-Dame de Paris sera célébrée à l'intention du très violent séisme qui a frappé le Japon, annonce ce samedi la Conférence des Evêques de France (CEF).
11h13: L'aide britannique en voie de finalisation
Une porte-parole du Foreign Office britannique a indiqué que tokyo avait fait une demande d'aide auprès du gouvernement britannique pour qu'il envoie des équipes, fortes de l'expertise récemment démontrée en Nouvelle-Zélande au moment du tremblement de terre . Elle ajoute que «les détails sont en train d'être finalisés».
11h11: Le rayon d'évacuation élargi à 20 km autour de la centrale de Fukushima
Les autorités prennent «toutes les mesures pour assurer la sécurité des habitants», affirme le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, lors d'une conférence de presse.
10h54: La dose de radioactivité limite atteinte en une heure
La radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site de la centrale de Fukushima correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement, indique l'agence Kyodo.
10h48: La vidéo de l'explosion
10h21: Le gouvernement confirme une fuite radioactive à la centrale de Fukushima
Le secrétaire général du gouvernement japonais, Yukio Edano, l'a annoncé, indique Reuters. «Nous nous efforçons de déterminer la cause et de faire le point sur la situation, et nous rendrons tout cela public lorsque nous aurons davantage d'informations», a déclaré Yukio Edano. «Pour le moment, nous pensons que l'évacuation dans un rayon de 10 km est adéquate», a-t-il poursuivi. Les autorités avaient auparavant dit craindre une fusion d'un réacteur de la centrale endommagée par le violent séisme de vendredi, mais jugeaient le risque de fuite radioactive limité.
9h56: Le secrétaire général du gouvernement japonais, Yukio Edano, élargit la zone d'évacuation autour du réacteur n°2
La télévision publique NHK a conseillé aux Japonais de se calfeutrer chez eux et de fermer leurs fenêtres dans un périmètre «plus large que les 10 km de zone évacuée» après l'explosion survenue dans un réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima N°1.
9h52: Activité suspendue dans des usines Toyota, Nissan et Honda
Toyota a annoncé ce samedi l'arrêt de la production dans deux de ses usines d'une capacité cumulée de 420.000 véhicules par an où sont assemblées de petites voitures essentiellement destinées aux marchés étrangers. Aucune date n'a été arrêtée pour la reprise de l'activité, précise le premier constructeur automobile japonais. Le personnel des deux unités situées dans les préfectures d'Iwate et de Miyagi, zones les plus touchées par la catastrophe, a été évacué, leur état est donc inconnu, ajoute la firme. Quatre usines Nissan ont également été mises à l'arrêt dans le nord-est du Japon et près de Tokyo, annonce la compagnie partenaire du français Renault. Elles resteront inoccupées dimanche et lundi. Le personnel des sites proches de la côte a été évacué, mais celui d'autres usines a été invité à y rester. Deux ouvriers d'une unité de la préfecture de Tochigi ont été légèrement blessés, ajoute Nissan.
9h38: Les murs et le toits du réacteur n°1 de la centrale se sont effondrés
La structure extérieure du bâtiment abritant le réacteur de la centrale nucléaire japonaise de Daiichi semble avoir été endommagée, rapporte la télévision publique NHK. «Une augmentation non contrôlée de la température pourrait transformer le coeur du réacteur en une masse en fusion qui pourrait faire fondre la cuve du réacteur», indique Stratfor, compagnie spécialisée dans l'évaluation des risques politiques. «Cela pourrait conduire à une fuite radioactive incontrôlée dans la structure de confinement qui entoure le réacteur», ajoute-t-elle. Selon la télévision publique NHK, cette structure de confinement a d'ores et déjà été endommagée.
9h26: 4 personnes hospitalisées après l'explosion
Selon Reuters citant Tepko, 4 personnes ont été hospitalisées après l'explosion, qui a pu être causée par de l'hydrogène utilisée pour le refroidissement. Une équipe de secours spécialiste du nucléaire est envoyée de Tokyo à Fukushima, indique la télévision nationale. L'agence Kyodo fait état de quatre blessés, dont les jours ne seraient pas en danger.
9h17: Une explosion entendue dans une centrale nucléaire
Elle a eu lieu vers 7h30, heure de Paris, dans la centrale de Fukushima à Daiichi, sur la côte nord-est du Japon, rapporte l'agence de presse Jiji,  et des images de télévision montrent un nuage de vapeur au-dessus de la centrale. Selon l'agence chargée de la sécurité nucléaire, la déflagration ne provenait pas du réacteur de la centrale. Le niveau d'eau n'y est pas anormal, précise Jiji, citant l'opérateur Tepco.
Les autorités nucléaires japonaises avaient auparavant jugé très possible que des barres de combustible nucléaire aient fondu ou soit en train de fondre mais ont jugé le risque de fuite radioactive limité. Les autorités ont pris des mesures pour évacuer la population dans un rayon de plusieurs kilomètres autour des deux unités de la centrale.
9h: Le séisme et le tsunami ont déjà fait près de 1.400 morts et disparus
Et ce nouveau bilan risque encore de s'alourdir. Le nombre de bâtiments en tout ou partie détruits s'élève à 3.400, selon l'agence Kyodo qui cite l'Agence nationale des incendies et désastres. Dans la vaste zone touchée par cette immense catastrophe, environ 5,57 millions de foyers étaient privés d'électricité et 600.000 d'eau courante, toujours selon les médias japonais.
De fortes répliques s'enchaînent depuis vendredi dans la même zone et un séisme de magnitude 6,7 selon les dernières évaluations de l'agence japonaise (6,2 selon l'USGS) s'est produit samedi vers 4h du matin (vendredi 20h, heure de Paris) dans la préfecture de Niigata, au nord-ouest, sur la façade opposée à la côté Pacifique déjà dévastée, provoquant des glissements de terrain et avalanches. L'alerte au tsunami est maintenue sur l'ensemble de la côte est du Japon et, dans de moindres proportions, les autres flancs.
3h30: L'avis d'un expert sur le danger nucléaire, interrogé par Reuters: bien que des fuites radioactives puissent être envisagées, aucune catastrophe n'est probable, estime Naoto Sekimura, professeur à l'université de Tokyo. «Un nouveau Tchernobyl n'est pas possible dans un réacteur à l'eau légère. La perte de fluide caloporteur entraîne une hausse de la température mais elle interrompt également la réaction», a-t-il expliqué. «Dans le pire des cas, cela aboutirait à une fuite radioactive et à des dégâts dans les équipements, mais pas à une explosion. Si la ventilation est faite correctement, la fuite sera minime et ne dépassera pas un rayon de trois kilmomètres», a-t-il dit.
2h15:  Des incendies dans des usines de Sendai continuent d'envoyer des panaches de fumée noire dans le ciel, comme le montrent ces images de Reuters.
1h05: Opération pour diminuer la pression dans un des réacteurs nucléaires. Tokyo Electric Power,qui exploite les deux centrales les plus inquiétantes, indique avoir relâché une petite quantité de vapeur dans l'atmosphère pour diminer la pression dans un des réacteurs, et afirme que l'opération n'est pas dangereuse pour la santé, précise la BBC.

0h30: Plus de 3.000 personnes ont été évacuées aux alentours de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, par mesure de sécurité. Selon les autorités, des radiations 1.000 fois supérieures à la normale ont été enregistrées dans son voisinage après une panne du système de refroidissement.
0h05: Il est 8h05 au Japon. Le jour s'est levé, révélant un spectacle de désolation dans les zones les plus durement frappées. Les côtes, notamment au nord-est, sont dévastées tandis que de la fumée s'élève toujours dans le ciel de la ville portuaire de Sendai. Selon les derniers bilans fournis par les médias japonais, le nombre de victimes devrait dépasser les 1.000. Des dizaines de milliers de personnes ont également été déplacées, certains dormant dans des bâtiments gouvernementaux reconvertis en centre d'hébergement d'urgence.

Le jour d'après. Samedi, le Japon se réveille encore sous le choc du plus fort séisme enregistré dans l'archipel depuis 1900. Une vague de 10 mètres a déferlé sur les côtes. Plus de 1.000 personnes sont mortes ou portées disparues. La principale mission de samedi pour les secours: s'assurer de la sécurité de la population, alors que de nombreuses répliques ont fait trembler le pays dans le nuit.

>> Toute la synthèse sur la journée de vendredi, c'est à lire en cliquant ici