Moscou-Kiev : une relation explosive

© 20 minutes

— 

La Russie a utilisé la manière forte. Faute d’être parvenu à un accord avec l’Ukraine sur les tarifs du gaz naturel, le géant russe Gazprom a décidé de couper l’approvisionnement en gaz à destination de cette ancienne République soviétique, soit 120 millions de m3 par jour. Pourquoi une telle décision ? Depuis des semaines, Gazprom voulait multiplier par quatre le prix de son gaz facturé à l’Ukraine (50 dollars les 1 000 m3) pour rattraper le niveau du marché international. Les négociations n’auraient pas abouti et chaque pays accuse l’autre d’être responsable de ce blocage. L’Ukraine a dénoncé une hausse « politique », à laquelle n’est pas soumis, par exemple, son voisin biélorusse, fidèle à Moscou. Et de nombreux experts voient dans le geste russe une tentative d’affaiblir l’administration pro-occidentale du président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, à l’approche des législatives de mars 2006. La diplomatie russe est même allée jusqu’à dénoncer une tactique politicienne de Kiev à l’approche de ces élections, en « utilisant le problème gazier pour créer une image de l’ennemi » collée à Moscou. Pour trouver une issue au conflit, Viktor Iouchtchenko a annoncé qu’il allait demander à son homologue russe Vladimir Poutine de faire revenir Gazprom à la table des négociations. F. V.

accusations Gazprom a accusé hier soir l’Ukraine de prélever dans ses gazoducs du gaz russe en transit à destination de l’Europe occidentale.