L’infatigable Marcos reprend la route

© 20 minutes

— 

De notre correspondant Cinq ans après la marche zapatiste, qui avait conduit un millier d’Indiens depuis la forêt du Chiapas jusqu’au palais présidentiel de Mexico, le sous-commandant Marcos a entamé un nouveau périple hier matin, dans le sud du Mexique. Le chef de file de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) a commencé son voyage à moto depuis La Garrucha. Son intention : ouvrir « une nouvelle phase dans la lutte zapatiste pour la démocratie, la liberté et la justice ». Cette expédition, qui mènera le leader zapatiste d’un bout à l’autre du Mexique, doit durer six mois. Elle s’inscrit dans le cadre de ce que l’EZLN a baptisé « l’autre campagne », en référence à la campagne électorale en cours au Mexique. Objectif : jouer les trouble-fêtes avant les élections législatives et présidentielle de juillet 2006. Pas question, pour autant, de participer au scrutin. En annonçant, fin novembre, la dissolution du Front zapatiste de libération nationale – bras civil et politique des guérilleros – et son remplacement à venir par un nouveau mouvement politique, le sous-commandant Marcos a confirmé la volonté de l’EZLN de se tenir hors du jeu démocratique. Le pari est risqué pour Marcos. Isolé dans son fief du Chiapas depuis la rupture des relations avec le gouvernement en 2003, affaibli par des désaffections et critiqué pour son incapacité à offrir une alternative politique, le mouvement zapatiste est en perte de vitesse. Douze ans après son apparition sur la scène médiatique, il pourrait « tout perdre s’il ne fait rien pour avancer », a même reconnu Marcos. Valentin Bontemps