Arabie saoudite: Un dignitaire chiite libéré après des manifestations

© 2011 AFP

— 

Les autorités saoudiennes ont libéré un dignitaire chiite dont l'arrestation avait provoqué des manifestations dans la province orientale du royaume, a annoncé ce lundi à l'AFP un défenseur des droits de l'Homme.

«Cheikh Toufic al-Aamer a été libéré dimanche soir», a déclaré Ibrahim Al-Mugaiteeb, président de l'organisation Human Rights First en Arabie saoudite, joint au téléphone depuis Dubaï.

26 arrestations

A la suite d'appels lancés sur Facebook, quelques centaines de personnes avaient manifesté jeudi soir et vendredi dans l'Est de l'Arabie saoudite où se concentrent les chiites pour réclamer la libération du dignitaire, arrêté le 27 février.

Selon Ibrahim Al-Mugaiteeb, 26 personnes ont été arrêtées lors de ces manifestations, et l'un des manifestants a été libéré dimanche soir également.

Cheikh al-Aamer avait été arrêté «après avoir appelé à l'instauration d'une monarchie constitutionnelle» dans le royaume, une monarchie absolue, selon le site Rassid, spécialisé dans les informations sur les chiites saoudiens. Le dignitaire a été reçu reçu après sa libération par le gouverneur de la province orientale, le prince Mohammad ben Fahd, fils de l'ancien roi d'Arabie saoudite, selon Ibrahim Al-Mugaiteeb qui a qualifié la rencontre de «positive».

Seule 10% de la population est chiite

Le gouverneur devrait tenir «dans les prochains jours une réunion avec tous les notables chiites» de la région orientale pour évoquer leurs demandes, a-t-il ajouté. Selon lui, «la question de neuf détenus "oubliés"» arrêtés en 1996 après l'attentat anti-américain de Khobar dans l'est de l'Arabie saoudite «devrait être soulevée pour la première fois» au cours de cette réunion.

Les chiites qui se concentrent notamment dans la province orientale, riche en pétrole, constituent environ 10% de la population de l'Arabie saoudite. Cette communauté se plaint de marginalisation dans un pays régi par le wahhabisme, une doctrine rigoriste sunnite.

La province orientale est reliée par un pont-digue à Bahreïn, secoué par des troubles depuis le 14 février, l'opposition dominée par les chiites réclamant de la dynastie sunnite des Al-Khalifa des réformes politiques.