Le « Mistral » se prépareà accueillir 900 réfugiés égyptiens

— 

Montage des latrines, des lits de camp, acheminement des cartons de vivres, répétition des procédures… Hier, au large de la Sardaigne, le porte-hélicoptères Mistral, parti samedi de Toulon, avait des airs de fourmilière. A son bord, 670 militaires s'activent avant l'arrivée, prévue ce matin, dans le port tunisien de Zarzis, à quelques kilomètres de la frontière libyenne. Objectif principal : récupérer des réfugiés égyptiens ayant fui les combats en Libye. Près de 900 devraient embarquer, direction Alexandrie. « La sélection des réfugiés sera faite par les autorités tunisiennes », précise Xavier Moreau, commandant du vaisseau. Selon une source diplomatique, près de 15 000 réfugiés égyptiens seraient toujours dans le Sud tunisien. « C'est un challenge qui s'annonce, explique Thierry Delorme, lieutenant de vaisseau. Les réfugiés vont devoir passer deux jours et demi [à bord]. Et ils sont fatigués, ont subi un traumatisme. » Malgré les fouilles au corps et les contrôles d'identité ce matin, c'est promis, l'armée promet de privilégier le « lien humain ».
À bord du Mistral, Alexandre Sulzer