Libye: raid aérien sur Ras Lanouf, 7 morts dans des combats à Ben Jawad

© 2011 AFP

— 

Un raid aérien a visé lundi le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf, dans l'Est libyen, où des combattants ont riposté en faisant usage de l'artillerie anti-aérienne après une explosion.

Un journaliste de l'AFP se trouvant à un poste de contrôle à la périphérie est de Ras Lanouf a vu une explosion suivie d'un nuage de fumée à environ deux kilomètres à l'est de la ville, dans le désert.

Six pièces d'artillerie positionnées au poste de contrôle ont alors tiré vers le ciel, les rebelles se mettant à sauter et chanter.

Les avions libyens ont mené dimanche deux raids sur Ras Lanouf, tenue par les insurgés depuis vendredi, sans faire de victimes.

Des habitants de Ras Lanouf ont quitté lundi cette ville stratégique tenue par l'opposition par crainte d'attaques des pro-Kadhafi, selon un journaliste de l'AFP.

A Ben Jawad, dans l'Est libyen, au moins sept personnes sont mortes et plus de 50 ont été blessées dans les combats entre pro et anti-Kadhafi, selon un nouveau bilan fourni lundi de source hospitalière.

Dimanche, le régime libyen tentait de reprendre la main avec des raids aériens contre les insurgés et des manifestations de "victoire" à Tripoli, affirmant avoir reconquis plusieurs villes, ce que l'insurrection dément bien qu'elle ait cédé un peu de terrain.

Dans une interview à la chaîne de télévision France 24 diffusée lundi matin, le colonel Mouammar Kadhafi a accusé la France d"ingérence" dans les affaires intérieures, et réitéré ses accusations contre Al-Qaïda.

Interrogé sur le soutien de Paris au Conseil national libyen formé par les insurgés à Benghazi (est), le colonel Kadhafi, dont les propos étaient traduits de l'arabe en français, s'est exclamé: "Ca fait rire, cette ingérence dans les affaires intérieures. Et si nous, nous nous ingérions dans les affaires de la Corse, de la Sardaigne? (...).

Le colonel Kadhafi s'est déclaré favorable à une commission d'enquête "des Nations unies ou de l'Union africaine" pour évaluer la situation. Il a également brandi le spectre d'une immigration massive en Europe.

Son fils, Seif al-Islam a assuré que la Libye risquait de devenir "une Somalie de la Méditerranée", avec "des pirates au large de la Sicile, de la Crète" et "des millions de migrants".