L'ONU réclame la libération de dizaine de militants arrêtés au Zimbabwe

Avec Reuters

— 

Navi Pillay, haut commissaire de l'Onu pour les droits de l'homme, a demandé ce mardi la remise en liberté au Zimbabwe de dizaines de militants arrêtés pour s'être intéressés aux soulèvements tunisien et égyptien.

Certains de ces détenus inculpés de trahison, qui appartiennent à l'Internationale socialiste et à divers mouvements de défense des droits de l'homme, disent avoir été frappés par leurs geôliers, a-t-elle déclaré.

Arrêtés pour avoir visionné des vidéos

«Les arrestations semblent entrer dans le cadre d'une répression accrue au sein de la société civile et parmi les membres de l'opposition, et cela montre clairement que l'instauration d'une démocratie solide au Zimbabwe est encore loin d'être assurée», ajoute la diplomate dans un communiqué.

Selon la police, 46 personnes ont été arrêtées le mois dernier à Harare pour avoir visionné des documents vidéos sur les mouvements de contestation nord-africains et évoqué leur éventuelle transposition au Zimbabwe, que le président Robert Mugabe dirige depuis 31 ans.