"Rassemblements du jasmin" en Chine: Pékin demande aux journalistes de "coopérer"

© 2011 AFP

— 

La Chine, accusée d'empêcher par la force la presse de couvrir des "rassemblements du jasmin" inspirés des mouvements de contestation dans le monde arabe, a demandé mardi aux journalistes de "comprendre et coopérer" tout en "respectant les lois" en vigueur en Chine.

"La police a diffusé des instructions raisonnables et les journalistes doivent comprendre et coopérer", a déclaré Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Les journalistes étrangers doivent respecter et se soumettre aux lois et règlements en vigueur en Chine". "Pékin est une très grande ville avec une vaste population. Il est important de maintenir l'ordre public", a ajouté Mme Jiang.

Dans les villes où étaient prévus des "rassemblements du jasmin" le week-end dernier et le précédent, les autorités ont montré qu'elles étaient déterminées à tuer dans l'oeuf toute protestation, déployant des centaines de policiers en uniforme et en civil et empêchant les journalistes de prendre des images.

Un journaliste de Bloomberg News accrédité en Chine a été roué de coups par des membres de la sécurité dimanche à Pékin où il couvrait un appel à une telle manifestation. Une douzaine de journalistes ont été embarqués au poste de police.

"Ce genre de harcèlement et d'intimidation est inacceptable et profondément dérangeant", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis, Jon Huntsman.

Il souhaite que "le gouvernement chinois demande aux responsables (de ces attaques) des comptes et (...) leur demande de respecter le droit des journalistes étrangers d'informer sur la situation en Chine".

L'union européenne s'est dite pour sa part "troublée" et a appelé Pékin "à respecter le droit des journalistes étrangers à informer librement sur la Chine en conformité avec les lois et à assurer leur sécurité".

Le club des correspondants de presse étrangers (FCCC, organisation "illégale" pour Pékin) s'est dit "outré" par l'agression d'un journaliste "qui essayait de faire son travail". Les reportages télévisés sur les "rassemblements du jasmin" en Chine ont été censurés sur CNN et TV5 notamment, laissant la place à un écran noir.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé une "attitude de voyous inacceptable chez les policiers qui ont utilisé la force et la violence contre les journalistes". "Ces incidents traduisent la très grande nervosité du gouvernement de Pékin qui interdit toute image de rassemblements par peur d’un effet de contagion", a jugé RSF.