Libye: Les premières aides internationales débarquent à l'Est

LIBYE Alors que l'ombre d'une intervention militaire plane, l'approvisionnement reste difficile...

Anthony Nataf

— 

Hier, l'ambiance était à la fête dans les rues de Benghazi , dans l'est de la Libye.
Hier, l'ambiance était à la fête dans les rues de Benghazi , dans l'est de la Libye. — Alaguri/AP/SIPA

Dans les rues de Benghazi, les opposants à Kadhafi continuent de célébrer la prise de l'est de la Libye. Mais en arrière-plan, une autre bataille se joue: celle de la réorganisation. L'insur­rection gagne chaque jour du terrain, mais le régime et ses forces armées ne cèdent pas. Plusieurs personnes ont été tuées hier à Tripoli, où les forces de Kadhafi ont ouvert le feu pour disperser une manifestation.

>> Suivez les événements de mardi en direct par ici

Dans ce contexte, les approvisionnements en marchandises sont difficiles. A Benghazi, les produits frais se font rares dans les commerces qui ouvrent à nouveau. Pendant que l'opposition se structure politiquement, les premières aides internationales arrivent.

Le matériel médical manque

La France a envoyé lundi deux avions à Benghazi. A leur bord, des médecins, cinq tonnes de matériel de soins et de médicaments. Vendredi, une équipe de Médecins sans frontières y a acheminé sept tonnes de matériel médical. «Les blessés n'affluent plus, mais le matériel de chirurgie, de transfusion ou l'insuline manquent», témoigne Mego Terzian, responsable des urgences à MSF.

En contact direct avec les équipes sur place, il explique que des médecins libyens ont organisé un comité qui centralise et redistribue l'aide médicale à l'Est. «Après vérification, tout est bien arrivé», a-t-il confirmé. La vie se réorganise en territoire «libéré», mais Kadhafi est toujours en place.

Les militaires retournés ne semblent pas avoir les moyens de déloger le Guide, dont l'aviation continue de bombarder les dépôts de munitions à l'Est. Après l'ONU, l'Union européenne a imposé lundi à la Libye un embargo sur les armes et à Kadhafi une interdiction de son territoire et un gel de ses avoirs.

Néanmoins ferme, la diplomatie semble n'avoir que peu d'effet sur un dirigeant qui fait preuve, au fil des déclarations, d'une résistance aveugle. L'ombre d'une intervention militaire internationale commence donc à planer sur la Libye. Les Etats-Unis, qui n'excluent aucune hypothèse face au régime de Kadhafi, ont redéployé hier leur force militaire autour du pays.