Libye: Les opposants au régime s'emparent de l'Est du pays, les évacuations d'étrangers se poursuivent

MONDE Des sanctions de la communauté internationale sont attendues...

C.C. avec Reuters

— 

S.SALEM / REUTERS

L'Est de la Libye a basculé dans les mains des insurgés et Benghazi a célébré mercredi sa victoire sur le régime de Mouammar Kadhafi, dont les menaces ont poussé de nombreux pays à évacuer leurs ressortissants. Quelque 400 Français sont arrivés à Paris dans la nuit, rapatriés par l'armée de l'air française. 152 ressortissants supplémentaires étaient en route ce mercredi soir pour retrouver la France.

La répression de la révolte libyenne, menace sans précédent pour le colonel au pouvoir depuis plus de 41 ans, a fait jusqu'à 1.000 morts, selon le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini. Pour la première fois ce mercredi, un pays, la France, a demandé explicitement des sanctions contre la Libye. «Je souhaite que soit examinée la suspension des relations économiques, commerciales et financières avec la Libye jusqu'à nouvel ordre», a dit Nicolas Sarkozy. L'Union européenne, qui en a discuté dans la journée, y semble prête.

Une partie de l'armée et de la diplomatie libyennes lâchent Kadhafi

Malgré l'appel de Mouammar Kadhafi à manifester, seulement 150 personnes se sont rassemblées sur la Place verte de Tripoli, agitant drapeau libyen et portrait du colonel. Les rues étaient presque désertes à l'heure où, d'ordinaire, les artères de Tripoli sont bloquées par les embouteillages. Quelques cafés étaient les seuls commerces ouverts malgré les appels du gouvernement à reprendre le travail.

Une partie de l'armée et de la diplomatie libyennes commencent à lâcher le Guide. Plusieurs représentants de la Libye, à l'ONU, Paris et dans d'autres capitales, ont condamné l'attitude du numéro un libyen. D'autres proches de Kadhafi ont fait défection, comme le ministre de l'Intérieur, Abdel Fattah Younes al Abidi, et un haut conseiller de Saïf al Islam Kadhafi, l'un des fils du colonel. Son ministre de la Justice, Mustafa Mohamed Abud Al Jeleil, a quant à lui révélé ce mercredi que Mouammar Kadhafi aurait commandité personnellement l’attentat de Lockerbie en 1988, qui avait fait 270 morts.