Revivez les révoltes dans le monde arabe en direct: Une foule gigantesque enterre des manifestants en Libye

N. Be.

— 

22h32: Le live est pour ce soir terminé ! Bonne soirée à tous et à demain.
22h: Au moins 50 personnes tuées dimanche à Benghazi selon un médecin
Au moins cinquante personnes ont été tuées et une centaine d'autres grièvement blessées lors d'affrontements dimanche à Benghazi, dans l'est de la Libye, a déclaré à Reuters un médecin de la ville.

«La journée a été une véritable tragédie (...) Depuis trois heures de l'après-midi (13h00 GMT) et jusqu'à 21h15, nous avons reçu cinquante morts, pour la plupart tués par balles», a dit le Dr Habid al Obaidi, responsable de l'unité de soins intensifs du principal hôpital de la ville.

«Il y a 200 blessés, dont une centaine dans un état grave», a-t-il ajouté.
21h45: L'Egypte libère 108 prisonniers politiques
Les autorités égyptiennes ont libéré 108 prisonniers politiques, a rapporté dimanche la télévision nationale au lendemain d'un engagement pris à cet effet par le Premier ministre Ahmed Chafik.

L'agence officielle Mena avait annoncé samedi que Chafik prévoyait la libération à bref délai de 222 prisonniers, mais sans avancer de date. Le Premier ministre estime à 487 le nombre des détenus politiques encore dans les prisons du pays, précisait Mena.

Chafik ajoutait que les personnes arrêtées pendant le soulèvement populaire qui a entraîné la chute du président Hosni Moubarak étaient peu nombreuses et que des efforts étaient menés pour déterminer le sort de celles qui étaient portées disparues.
21h25: Le resprésentant de la Libye à la Ligue arabe démissionne

Le représentant de la Libye à la Ligue arabe a remis sa démission dimanche pour protester contre «l’oppression des manifestants» dans ses pays, selon la chaîne de télévision Al Djazira.

21h: Une unité militaire libyenne annonce avoir libéré  Benghazi 
Une unité militaire libyenne a annoncé dimanche à des habitants de Benghazi qu'ils avaient fait défection et «libéré» la ville des forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi, ont rapporté deux habitants.

Habib al Obaidi, responsable de l'unité de soins intensifs à l'hôpital Al Djalae, et l'avocat Mohamed al Mana ont déclaré à Reuters que des membres de la brigade "Eclair" étaient arrivés à l'hôpital avec des soldats blessés au cours d'accrochages avec la garde personnelle du dirigeant libyen.

«Ils assurent maintenant avoir neutralisé la Garde prétorienne et avoir rallié le soulèvement populaire», a déclaré Mohamed Mana par téléphone. Il était impossible dans l'immédiat de confirmer l'information de source indépendante.
20h00: En Iran, les forces de l'ordre veulent empêcher les manifestations
Les forces de l'ordre se sont déployées dimanche à Téhéran et dans d'autres villes iraniennes pour empêcher des rassemblements d'opposants au régime islamique, rapportent des sites internet d'opposition.

Le chef de la police iranienne, Esmail Ahmadi-Moqaddam, cité par l'agence officielle Irna, a déclaré qu'«en dépit des efforts des ennemis qui veulent que la tension monte en Iran, rien ne s'est passé dans le pays.» Une source proche du gouvernement, citée par l'agence officieuse Fars, a démenti la mort d'une personne lors d'affrontements dans le centre de la capitale.

Selon le site internet Kaleme de l'opposant Mir Hossein Moussavi, des «rassemblements sporadiques» ont bien eu lieu dimanche. Le site Sahamnews de l'opposant Mehdi Karoubi rapporte que les forces de sécurité étaient aussi en nombre à Ispahan et Chiraz.
19h40: La Tunisie demande à l'Arabie Saoudite l'extradition de Ben Ali
19h21: Londres exhorte la Libye au dialogue
Le secrétaire au Foreign Office, William Hague, a eu dimanche une conversation téléphonique avec l'un des fils du n°1 libyen Mouammar Kadhafi, et a exhorté à cette occasion Tripoli à engager le dialogue avec les manifestants antigouvernementaux et à lancer des réformes politiques.

Le chef de la diplomatie britannique a déclaré à Saïf al Islam que la répression des manifestations par les forces de sécurité était inacceptable et allait soulever un tollé internationale.
18h50: Au moins 173 morts en Libye
Au moins 173 personnes ont été tuées en Libye depuis le début de la contestation mardi contre le régime du président Mouammar Kadhafi, a affirmé dimanche à l'AFP l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) citant des sources hospitalières.
18h30: Silvio Berlusconi critiqué pour ne pas vouloir «déranger» le colonnel Kadhafi
Des députés de l'opposition ont reproché dimanche au président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, de ne pas avoir condamné les violences en Libye et d'avoir dit à cet égard qu'il ne voulait pas «déranger» le n°1 libyen, confronté à une vague de contestation.

Piero Fassino, du Parti démocrate, la principale formation de gauche, a rétorqué dimanche que «la déclaration pour le moins déconcertante de Berlusconi disant qu'il ne souhaite pas déranger Kadhafi à propos des dizaines de morts tombés dans la rues de Benghazi et de Tripoli, s'ajoute au silence assourdissant du gouvernement italien sur la répression sanglante en Libye et dans d'autres pays proche-orientaux».
18h10: Hillary Clinton dénonce les violences à Bahreïn
Hillary Clinton a jugé dimanche «inacceptable» la violence à Bahreïn
, lors d'une interview à la chaîne de télévision américaine ABC News.

«Nous avons clairement dit depuis le début (de la contestation) que nous ne voulons pas voir de violence. Nous la déplorons. Nous pensons qu'elle est inacceptable», a déclaré la secrétaire d'Etat.
 
17h35: Les autorités libyennes menacent l'Union européenne
Les autorités libyennes ont convoqué un représentant de l'Union Européenne à Tripoli pour menacer de cesser de coopérer dans la lutte contre l'immigration si l'UE continue à «encourager» les manifestations dans le pays, a annoncé dimanche la présidence hongroise de l'UE.
17h20: Noël Mamère juge la politique de la France à l'égard de la Tunisie «débile»
Le député Noël Mamère (Europe Ecologie-Les Verts) a estimé aujourd'hui sur Radio J que la politique de la France à l'égard de la Tunisie était «débile», à l'image de l'ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, et de la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie. 

Ces politiques «n'ont rien, absolument rien, compris à la situation», et, pendant les 23 ans de présidence Ben Ali, qu'ils soient de droite ou de gauche, «ont entretenu des relations quasi-incestueuses avec ce régime», a-t-il continué. Selon lui, «la France à l'étranger est aujourd'hui totalement déconsidérée».
16h35: Une foule énorme enterre les manifestants tués à Benghazi en Libye
Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Benghazi, deuxième ville de Libye, pour porter en terre les manifestants tués par les forces de sécurité, ont rapporté des témoins.

Les violences de la nuit de samedi à dimanche ont porté à 173 le nombre de personnes tuées en quatre jours d'affrontements, centrés sur Benghazi et les villes avoisinantes, selon un bilan établi par l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), dont le siège est à New York.
16h15: Rassemblement de soutien à Alexandrie
Une centaine de personnes ont tenu dimanche à Alexandrie, deuxième ville d'Egypte, un rassemblement de solidarité avec les manifestants qui se sont soulevés dans plusieurs villes de l'est de la Libye où les forces de sécurité ont tiré sur la foule.

Les manifestants, parmi lesquels se trouvaient des exilés libyens, ont marché en direction du consulat de Libye, en brâlant des effigies du n°1 libyen, le colonel Mouammar Kadhafi, et en déchirant des exemplaires de son «Livre vert».
 
15h50: Quarante candidats tunisiens à l'émigration arrêtés à Gabès
La police tunisienne a arrêté samedi dans la ville portuaire de Gabès 40 jeunes sur le point de partir en bateau vers l'Italie, a-t-on appris dimanche de source proche des services de sécurité.

Gabès est l'un des principaux points de départ des émigrants qui ont gagné par milliers la petite île italienne de Lampedusa depuis le renversement du président tunisien Zine ben Ali le 14 janvier.
15h00: Un cousin du roi soutient les manifestants au Maroc
Un renfort inattendu pour les manifestants marocains. Le prince Moulay Hicham El Alaoui, cousin du roi Mohammed VI, a appelé à la démocratisation du système et apporté son soutien aux protestataires qui réclament un transfert de pouvoirs vers un gouvernement élu. «Personnellement, j'adhère à toute initiative qui appelle à la démocratisation de notre système politique, en prenant en compte la nécessité que cela soit fait de manière pacifiste et tolérante. En l'occurence, il semblerait que ce mouvement réunit toutes ces conditions et donc j'y adhère», a déclaré le prince lors d'un entretien sur la chaîne d'information France 24.




14h35: Une foule gigantesque enterre les manifestants tués par la police en Libye
Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Benghazi pour porter en terre les manifestants tués par les forces de sécurité, ont rapporté des témoins. Par ailleurs, le bilan des violences s'est alourdi à 173 morts après les graves incidents de la nuit de samedi à dimanche, centrés sur Benghazi et les villes avoisinantes, selon Human Rights Watch (HRW).
14h26: Les étudiants yéménites défilent à Sanaa
Au Yemen, plusieurs centaines d'étudiants ont manifesté devant le campus de l'université de Sanaa. Selon l'AFP, ils n'ont pas été inquiétés par les partisans du pouvoir, tenus à l'écart par la police.
14h22: Des tirs en Libye également 
En Libye, de nouvelles manifestations se sont déroulées à Benghazi, dans l'est du pays. Les protestataires qui attaquaient une garnison ont encore essuyé des tirs, selon un avocat cité par l'AFP.
14h15: Les forces de l'ordre tunisiennes tirent en l'air
Les forces de sécurité tunisiennes ont tiré en l'air dimanche à Tunis pour tenter de disperser les 40.000 manifestants. Elles ont tiré à plusieurs reprises des coups de semonce avant d'y renoncer, tandis que deux hélicoptères militaires survolaient le rassemblement à basse altitude, selon Reuters. Les manifestants sont restés sur place et il ne semble pas qu'il y ait des blessés.
12h20: Manifestation contre le gouvernement de transition en Tunisie
Malgré l'interdiction de rassemblement, des milliers de personnes ont manifesté dimanche à Tunis pour la deuxième journée consécutive afin de demander la démission du gouvernement de transition mis en place après la chute du président Ben Ali le mois dernier. Hier, 15.000 personnes avaient déjà manifesté sur la principale artère de la capitale, l'avenue Bourguiba, pour dénoncer la mouvance islamiste et appeler à la tolérance religieuse.
11h26: Un séparatiste yéménite arrêté
Le dirigeant du mouvement séparatiste du sud du Yémen, Hassan Baoum, a été arrêté dimanche par des militaires à Aden et emmené vers une destination inconnue, a annoncé sa famille. Le Yémen du Nord et celui du Sud sont réunis depuis 1990 mais un mouvement séparatiste souhaite la sécession du Sud, accusant le gouvernement de Sanaa de négliger les provinces méridionales.
10h53: Une fusillade éclate dans la capitale yéménite
Des partisans du président Saleh ont tenté ce matin de s'opposer à une manifestation de l'opposition et des coups de feu ont éclaté. Une cinquantaine de militants favorables au régime ont attaqué un rassemblement d'un millier d'opposants qui scandaient «Dégage, Ali!» devant l'université de la capitale. L'un des partisans de Saleh a ouvert le feu avec un fusil d'assaut mais on ne fait pas état de victimes.
10h47: Le rassemblement a commencé au Maroc
Des dizaines de personnes se sont d'ores et déjà rassemblées à Casablanca pour participer à la manifestation organisée par le Mouvement pour le changement du 20 février. Les manifestants scandent «Liberté, dignité, justice» avant le départ du cortège.
10h22: L'opposition va s'adresser au roi de Bahreïn
L'opposition devrait faire connaître dimanche ses exigences au roi de Bahreïn, Hamad bin Issa Khalifa, qui a ouvert un dialogue national samedi quelques heures après le retrait de l'armée et de la police de la place de la Perle, à Manama, lieu symbolique de la constestation.
10h13: 104 morts en Lybie depuis le début de la semaine
Dimanche, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), basée à New York, a fait état de 104 morts depuis le début de la semaine, après vingt décès samedi à Benghazi.
10h10: Des chefs musulmans libyens appellent à «la fin du massacre»
Une cinquantaine de dirigeants musulmans libyens ont appelé à la «fin du massacre» à Benghazi, la deuxième ville du pays, où des dizaines de manifestants ont été tués par les forces de sécurité dans le cadre d'un mouvement de contestation sans précédent contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.