La présence massive d'hommes armés à Gaza appartenant à des groupes rivaux risque d'accroître encore plus la tension entre le Hamas et le Fatah, qui s'opposent depuis plusieurs jours dans des affrontements armés meurtriers.
La présence massive d'hommes armés à Gaza appartenant à des groupes rivaux risque d'accroître encore plus la tension entre le Hamas et le Fatah, qui s'opposent depuis plusieurs jours dans des affrontements armés meurtriers. — Mohammed Abed AFP

Monde

Hamas: de la naissance du mouvement à nos jours

Eclairage sur le nouveau parti au pouvoir dans les Territoires palestiniens

-Décembre 1987: des militants proches des Frères musulmans égyptiens dans la Bande de Gaza créent le Hamas (acronyme de « Harakat al-Muqawama al-Islamiya », Mouvement de la résistance islamique) quelques jours après le déclenchement de la première Intifada contre l'occupation israélienne. Le groupe prend pour cible les soldats israéliens et des civils. Il entend établir un Etat islamique sur le territoire de la Palestine historique (Israël, Cisjordanie et Bande de Gaza).

-1993-1994: le Hamas rejette les accords d’Oslo, entente provisoire signée entre Israël et les Palestiniens et qui débouche sur la création de l’Autorité palestinienne.

-1994: le Hamas lance une campagne d’attentats-suicides en Israël, visant à faire dérailler le processus de paix.

-1996: quatre attentats causent la mort d'au moins 60 Israéliens en huit jours. Le Hamas boycotte les premières élections législatives palestiniennes.

-2000: déclenchement de la deuxième Intifada en septembre, qui fera plus de 3.500 morts côté palestinien et un millier côté israélien en quatre ans et demi. Les attentats-suicides du Hamas comptent pour une bonne part des victimes israéliennes.

-2004: le fondateur et chef spirituel du Hamas, Cheikh Ahmed Yassine, est tué fin mars par un tir de missile israélien. Son successeur, Abdel Aziz Rantissi, est assassiné dans une autre frappe aérienne quatre semaines plus tard. En décembre, le Hamas entre en politique, présentant des candidats aux élections municipales et s’imposant dans les grandes villes.

-2005: en février, le Hamas décrète la trêve, et s’abstient de tout attentat-suicide, même si des tirs de roquettes ont marqué le prélude au retrait israélien de la Bande de Gaza à l’été. Le Hamas affirme que ce retrait est une victoire de sa lutte armée.

-Mars: le Hamas annonce qu'il participera aux législatives.

2006

-25 janvier: Le Hamas, qui participe pour la première fois aux élections législatives, remporte le scrutin, après dix ans d'hégémonie du Fatah, avec la majorité absolue aux élections législatives: 74 sièges sur les 132 que compte le Conseil législatif, contre 45 sièges pour le Fatah. Le premier ministre Ahmed Qoreï démissionne.

- 30 janvier: Mahmoud Abbas annonce qu'il restera à la tête de l'Autorité palestinienne jusqu'à la fin de son mandat en 2009.

- 4 février: Première rencontre Abbas-dirigeants du Hamas.

- 13 février: Le Parlement sortant approuve une série de mesures dont la légalité est contestée par le Hamas.

- 18 février: prestation de serment du nouveau parlement dominé par le Hamas; Mahmoud Abbas plaide pour un règlement négocié du conflit avec Israël et demande le respect de l'"accord d'Oslo", rejeté par le Hamas. Le lendemain, le gouvernement israélien qu'il va cesser de verser les taxes dues à l'Autorité palestinienne, correspondant au produit de la TVA et aux droits de douane prélevés sur les produits importés dans les territoires palestiniens et transitant par Israël.

- 21 février: un des responsables du Hamas, Ismaïl Haniyeh, est chargé de former le gouvernement.

- 6 mars: Première réunion plénière du Parlement, qui abroge les mesures votées le 13 février.

- 28 mars: Investiture du gouvernement de M. Haniyeh, dont les postes-clés sont confiés à des dirigeants du Hamas. Les députés du Fatah votent contre.

- 29 mars: le gouvernement du Hamas prête serment. Le poste clés des Affaires étrangères est occupé par Mahmoud Zahar.

- 5 avril: Gel des nominations de fonctionnaires réalisées par l'ancien gouvernement.
Mahmoud Abbas promulgue un décret plaçant les frontières sous la responsabilité de la présidence de l'Autorité palestinienne.

- 6 avril: Nomination à la tête de la "Sécurité intérieure", d'un des hommes forts de la bande de Gaza, Rachid Abou Chabak (Fatah), permettant à M. Abbas de garder sous sa coupe les services de sécurité.

- 7 avril: l'Union européenne suspend son aide directe au gouvernement dirigé par le Hamas.

- 14 avril: Ismaïl Haniyeh lance, sans le nommer, une charge virulente contre M. Abbas, l'accusant d'entraver son action.

- 20 avril: Le ministère de l'Intérieur (du Hamas) annonce la création d'une force spéciale et nomme un activiste à un poste sécuritaire clé.
Mahmoud Abbas annule ces décisions, le lendemain.

- 22 avril: 30 blessés dans des affrontements entre étudiants pro-Fatah et pro-Hamas à Gaza, au lendemain d'une violente diatribe du chef en exil du Hamas Khaled Mechaal contre le président de l'Autorité palestinienne.

- 3 mai: Le Fatah créé sa propre force de sécurité pour contrecarrer celle des islamistes.

- 8-9 mai: Affrontements armés entre activistes du Hamas et du Fatah: trois morts, une vingtaine de blessés.
Le 10, accord entre les deux parties qui décrètent le recours aux armes "hors-la-loi".

- 17 mai: M. Abbas ordonne le renforcement dans les rues des services de sécurité fidèles au Fatah, alors que le Hamas déploie sa nouvelle unité paramilitaire, forte de 3.000 hommes.
Dans la nuit du 18 au 19, heurts entre les deux forces.

- 20 mai: Un mort dans un attentat à la bombe visant le chef des services de renseignements, Tarek Abou Rajab, qui est sérieusement blessé.
Le 21, tentative d'attentat contre Rachid Abou Chabak, chef de plusieurs services de sécurité palestiniens et fidèle de Mahmoud Abbas.

- 22 mai: Accrochages entre force paramilitaire du Hamas et services de sécurité: un Jordanien tué, neuf Palestiniens blessés.

- 25 mai: Ouverture du "dialogue national" interpalestinien, destiné à mettre fin à la crise politico-financière et aux violences.
M. Abbas donne au Hamas un délai de dix jours pour accepter une initiative de sortie de crise (document dit "des prisonniers"), faute de quoi il le soumettrait à référendum sous 40 jours.

- 26 mai: Le gouvernement Hamas retire des rues de Gaza sa force paramilitaire, afin de favoriser le dialogue.

- 4 juin: Cinq morts dans de violents heurts interpalestiniens. Au total, les heurts entre partisans du Fatah et du Hamas ont fait 16 morts depuis le déploiement, le 17 mai, de la force du gouvernement du Hamas.

- 6 juin: Abbas, qui a pris acte de l'échec des discussions, réunit le comité exécutif de l'OLP. Ce dernier approuve la tenue du référendum, dont la date sera annoncée "avant la fin de la semaine", selon un haut responsable de l'OLP.