Fatah, les raisons d'un échec

20minutes.fr

— 

Le gouvernement palestinien du Hamas a de nouveau reporté samedi le paiement annoncé des 160.000 fonctionnaires privés de salaire depuis trois mois, ce qui a provoqué la multiplication des manifestations de mécontentement.
Le gouvernement palestinien du Hamas a de nouveau reporté samedi le paiement annoncé des 160.000 fonctionnaires privés de salaire depuis trois mois, ce qui a provoqué la multiplication des manifestations de mécontentement. — Saif Dahlah AFP

En élisant le Hamas, les Palestiniens ont surtout manifesté leur mécontentement à l’égard du parti d’Arafat. Plombé par un système de clans, le Fatah a échoué à faire avancer le processus de paix malgré dix ans de négociations, et à améliorer leur vie quotidienne (44 % de chômage). « Au Fatah, les mêmes hommes occupent les mêmes postes depuis des années, et sont devenus immuables grâce à un système de corruption bien organisé », explique Saed Limer, directeur de l’association Pour la libération de Marwan Barghouti. « En ne faisant pas correctement la promotion du numéro un de sa liste, le Fatah, qui a dominé la vie politique palestinienne pendant un demi-siècle, a donné des voix au Hamas », estime Saed Limer.


Par ailleurs, en dépit de ses promesses répétées, le nouveau président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, n’a pas réussi à mettre fin au chaos qui règne dans les Territoires palestiniens, notamment dans la bande de Gaza, où des groupes armés sévissent en toute impunité. Le mouvement islamiste, au contraire, a bénéficié de sa forte popularité dans les territoires palestiniens, notamment grâce au développement d’un vaste réseau d’aides sociales et la création d’écoles. « Il aura une influence de poids dans le système politique palestinien », prédit Bassem al-Zoubeidi, un universitaire spécialiste des mouvements islamistes.