Bahreïn touché lundi par des manifestations anti-gouvernementales

Avec Reuters

— 

Des manifestations anti-gouvernementales, les premières depuis les événements de Tunisie et d'Egypte, sont prévues lundi à Bahreïn.

Le Bahreïn est un petit pays producteur de pétrole du Golfe arabo-persique peuplé majoritairement de chiites, qui se plaignent de longue date de discrimination de la part de la famille régnante sunnite.

«Il y a un profond mécontentement dans d'importants secteurs de la société bahreinie», a déclaré Toby Jones, professeur d'études proche-orientales à l'université Rutgers aux Etats-Unis. «S'il devait y avoir un endroit dans le Golfe où je prédirais des événements analogues à ceux d'Egypte, ce serait Bahreïn», a-t-il ajouté.

Cherchant à désamorcer la tension, le roi, Hamad bin Issa al Khalifa, a annoncé qu'il allouerait 1.000 dinars (2.650 dollars) à chaque famille bahreïnie, et le gouvernement a laissé entendre qu'il pourrait remettre en liberté des jeunes arrêtés l'an dernier lors d'opérations de police.

Certains villages du pays sont régulièrement le théâtre d'échauffourées nocturnes entre les forces de sécurité et des jeunes chiites qui érigent des barricades et lancent des cocktails Molotov sur les policiers.

Le gouvernement a effectué une reprise en main en août dernier et visé certaines organisations chiites. Vingt-cinq chiites arrêtés durant ces opérations de police sont en procès pour incitation à la violence en vue de renverser le gouvernement. Le procès est dans l'impasse après une série de démissions d'avocats.

La principale organisation d'opposition chiite du pays, Wefak, devrait jouer un rôle de taille dans les manifestations de lundi, car il est à même de mobiliser rapidement des dizaines de milliers de partisans et de les faire descendre dans la rue.