Egypte: l'armée dissout le Parlement et suspend la Constitution

LE CAIRE Alors que des milliers de personnes sont toujours rassemblées place Tahrir...

C. F. avec Reuters

— 

Des manifestants refusent de quitter la place Tahrir au Caire en Egypte, le 13 février 2011. 
Des manifestants refusent de quitter la place Tahrir au Caire en Egypte, le 13 février 2011.  — AFP PHOTO/MOHAMMED ABED

Le Conseil suprême des forces armées, au pouvoir en Egypte, a annoncé ce dimanche la suspension de la Constitution et la dissolution du parlement. Les militaires, auxquels Hosni Moubarak a confié les rênes du pays en démissionnant vendredi, précisent qu'ils resteront au pouvoir pour une durée de six mois ou jusqu'aux prochaines élections législatives.

Dans un communiqué lu à la télévision publique, ils annoncent également la formation d'une commission chargée d'amender la Constitution et dont les conclusions seront soumises à référendum.

La place Tahrir toujours occupée

Des milliers de personnes étaient revenues sur la place Tahrir au Caire ce dimanche où l'armée tentait de disperser des manifestants qui se sont engagés à occuper le rond-point, épicentre de la révolution, jusqu'à ce que l'armée tienne ses promesses, rapportent des témoins.

«L'armée et le peuple sont unis», «Révolution, révolution jusqu'à la victoire», ont-ils scandés. Un peu plus tôt, le chef de la police militaire avait appelé les manifestants à démonter leur tentes et à quitter la place pour permettre à la vie de reprendre son cours normal.

La sécurité et l'ordre pour priorités

Alors que la police militaire encerclait les manifestants dans le centre du rond-point pour ne pas perturber la circulation, des manifestants guidaient les voitures à un autre bout de la place.

Le porte-parole du nouveau gouvernement avait indiqué que ce dernier resterait en place jusqu'à la fin de la période de transition, date à laquelle, «un nouveau gouvernement sera alors nommé sur la base de principes démocratiques». Des portefeuilles ministériels pourraient néanmoins changer de mains dans les prochains mois, avait-il ajouté.

«La tâche principale de ce gouvernement sera de rétablir la sécurité et l'ordre, d'entamer le processus économique et de s'occuper des affaires courantes», a-t-il précisé.

Les policiers manifestent aussi

Des coups de feu ont par ailleurs retenti ce dimanche près du ministère égyptien de l'Intérieur, au Caire, lors d'une manifestation de plusieurs centaines de policiers venus réclamer une hausse de leurs salaires, rapportent des témoins.

Selon un garde de la sécurité, les policiers ont tiré des coups de feu en l'air.

Débordée par un soulèvement populaire sans précédent, la police a quitté les rues de la capitale le mois dernier. Certains policiers ont organisé leurs propres manifestations depuis le renversement du président Hosni Moubarak vendredi et réclament une hausse des salaires et l'absence de poursuites à leur encontre.