Florence Cassez ne veut pas que l'année du Mexique soit annulée

C. F.

— 

Florence Cassez, la Française qui purge au Mexique une peine de 60 ans pour des enlèvements qu'elle nie, a fêté mardi son 36e anniversaire, le cinquième qu'elle passe dans sa prison, en y recevant une vingtaine de proches, a constaté l'AFP.
Florence Cassez, la Française qui purge au Mexique une peine de 60 ans pour des enlèvements qu'elle nie, a fêté mardi son 36e anniversaire, le cinquième qu'elle passe dans sa prison, en y recevant une vingtaine de proches, a constaté l'AFP. — Alfredo Estrella AFP/Archives

Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour enlèvements, n’est pas favorable à l’annulation de l’année du Mexique et souhaiterait plutôt qu’on «en profite pour parler de sa cause», selon France Info, dont l’envoyée spéciale au Mexique, Cécilia Arbona, a pu rencontrer la jeune femme dans la prison pour femmes de Tepepan, au sud de Mexico.

Son pourvoi en cassation a été rejeté jeudi et ses parents ont demandé l’annulation de l’Année de la France au Mexique pour protester contre cette décision de la Cour suprême.

Abattue et en larmes

Après avoir affirmé que son innoncence finirait par être reconnue, Florence Cassez était abattue et en larmes lors de sa rencontre avec Cécilia Arbona, qui indique qu'«elle a vraiment réalisé qu’elle s’en prenait encore pour 55 ans...» 

Parmi ses angoisses aujourd’hui, un transfert possible dans une ile-prison au large des côtes mexicaines. Ses parents doivent être reçus par Nicolas Sarkozy en début de semaine.