Revivez les événements en Egypte de mercredi: le bilan officiel fait état de trois morts et 639 blessés

20minutes.fr avec Reuters
— 
Vous êtes en Egypte? Envoyez-nous vos témoignages, photos et vidéos sur reporter-mobile@20minutes.fr
23h27: Ce live est terminé. Merci de nous avoir suivis.

23h25: Trois journalistes de France 24 auraient été interpellés, selon la chaîne.

23h22: Selon un médecin présent sur les lieux cité par Reuters, les violences de la journée auraient fait 1.500 blessés environ dans le poste médical d'urgence improvisé sur la place Tahrir. C'est plus de deux fois plus que ce qu'a annoncé le ministère de la Santé (639 blessés dans son dernier bilan).

23h20: Selon les envoyés spéciaux de France 24, les manifestants anti-Moubarak semblent avoir repris le contrôle de la place Tahrir, à proximité de laquelle des incidents ont eu lieu. Les pro-Moubarak, refoulés par l'armée, se sont dispersés dans les rues alentour.

22h53: Le sénateur américain John McCain, qui a été reçu par Barack Obama à la Maison Blanche, a appelé mercredi soir Hosni Moubarak à démissionner. «C'est regrettable (mais) le temps est venu pour le président Moubarak de démissionner et de lâcher les rênes du pouvoir», a déclaré l'élu républicain sur son compte Twitter. «C'est dans le meilleur intérêt de l'Egypte, de ses habitants et de son armée», a-t-il ajouté.
22h50: Selon l'envoyé spécial de france24.com au Caire, Marc Daou, «deux barricades font désormais face aux pro-Moubarak. Ils sont environ un millier, repliés sur une place située derrière le musée».
22h39: Selon un bilan officiel du ministère de la Santé égyptien, les violences de la journée auraient fait trois morts et 639 blessés, et non un seul, comme annoncé plus tôt dans la journée.
22h30: La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, réclame au vice-président égyptien une enquête sur les violences en marge des manifestations qui ont eu lieu mercredi au Caire.
21h42: Selon les envoyés spéciaux de BFM TV, le calme est revenu dans les rues du Caire, où la nuit est tombée il y a quelques heures déjà.
21h10: Le vice-président Omar Souleymane appelle les manifestants à rentrer chez eux et à respecter le couvre-feu. Il a même conditionné l'ouverture du dialogue avec l'opposition à l'arrêt des manifestations de rue, rapporte l'agence officielle de presse Mena. Il a souligné que son appel s'adressait aussi bien aux adversaires qu'aux partisans d'Hosni Moubarak.
20h13: Des bombes artisanales sont toujours lancées place Tahrir depuis les bâtiments alentour. Des milliers de personnes anti-Moubarak sont toujours rassemblées dans le centre du Caire, selon Al Jazira. Ils ont peur de quitter la foule.
20h09: «Cela me choque profondément que pour défendre ses idées, on risque la mort», a déclaré Michèle Alliot-Marie, condamnant les violences de la journée au Caire. Elle a rappelé chacun à la «retenue». La ministre des Affaires étrangères est l'invitée du journal de France 2.
20h04: Barack Obama a discuté de la crise égyptienne avec le roi Abdallah II de Jordanie, selon le porte-parole de la présidence américaine Robert Gibbs.
19h30: Pour la Maison blanche, «le temps du changement est arrivé»
Les Etats-Unis condamnent les violences. Dans une déclaration à la presse, le porte-parole de la présidence américaine Barack Obama a souligné qu'il est «évident» que le peuple égyptien a besoin de progrès. «Le temps du changement est arrivé» a-t-il fait savoir. Robert Gibbs a également ajouté que si les violences de mercredi avaient été orchestrées par les autorités égyptiennes, celles-ci devaient cesser immédiatement.

A la question, est-ce que Barack Obama pense que Hosni Moubarak est un dictateur, le porte-parole a botté en touche: «L'administration pense que le président Moubarak a une chance de montrer au monde son vrai visage en amorçant la transition».
19h25: Nouveau bilan: il y aurait un mort et 403 blessés dans les affrontements entre pro et anti-Moubarak. C'est le ministre égyptien de la Santé qui a fourni ce nouveau nombre. La plupart des blessés ont été touché à la tête par des jets de pierre.
19h05: Les USA confiants dans l'armée égyptienne
Les Etats-Unis ont exprimé mercredi leur confiance dans la capacité de l'armée égyptienne à maintenir le calme dans son pays. Le chef d'état-major de l'armée américaine, l'amiral Mike Mullen, a appelé son homologue égyptien, a déclaré le Pentagone. Durant cet entretien téléphonique, Mike Mullen a réclamé un retour au calme en Egypte, où des heurts ont opposé mercredi des manifestants réclamant le départ d'Hosni Moubarak et des partisans du président égyptien.  Il a exprimé «sa confiance dans la capacité de l'armée égyptienne à garantir la sécurité du pays, aussi bien sur le plan intérieur qu'autour du canal de Suez», a dit un porte-parole de Mike Mullen, le général Sami Enan.
19h04: Le tué est un militaire
La personne tuée dans les heurts ce mercredi place Tahrir est un militaire ont annoncé les médias officiels égyptiens.
19h02: Un mort et 350 blessés
Un homme est mort et 350 personnes ont été blessées mercredi dans les heurts survenus sur la place Tahrir dans le centre du Caire entre partisans et opposants à Hosni Moubarak, a annoncé le ministère égyptien de la Santé, cité par la télévision publique.
18h52: La peur de la guerre civile
Sur la BBC, une Cairote dit sa peur: que «le pays tombe dans la guerre civile». «Si vous aimez ce pays autant que moi, quittez la place Tahrir. Rester place Tahrir ne nous mènera nulle part», ajoute celle qui ne se présente pas comme une pro-Moubarak. Elle dit qu’il faut chercher «un compromis» au moment «où le monde nous regarde». Le problème, soulevé par beaucoup de ses amis, c’est la crainte que Moubarak ne tienne pas sa promesse de quitter le pouvoir en 2011, car «il n’a jamais tenu ses promesses». Son message rejoint celui d’une autre Cairoite, sur Twitter : «ne tombez pas dans la guerre civile, évacuez la place Tahrir»       
18h50: La place Tahrir, «ce n’est pas la place Tienanmen»
Un porte-parole du ministre des Affaires étrangères égyptienne a défendu la non-intervention des soldats ce mercredi place Tahrir. «Ce n’est pas la place Tienanmen. Ça ne deviendra pas la place Tienanmen». Plusieurs anti-Moubarak ont fait sur twitter le parallèle entre ce qu'il se passe place Tahrir et ce qui s'est passé place Tienanmen.
18h44: La télévision d'Etat dit que des groupes violents se dirigent vers la Place Tahrir et que les pro-Moubarak doivent évacuer
«Vous devez évacuer la Place Tahrir immédiatement. Nous avons la confirmation d’informations que des groupes violents se dirigent vers la place avec des bombes incendiaires pour brûler la place»: c'est le message répété en boucle par la télévision d'Etat égyptienne, selon Al-Jazira.
18h40: L'armée n'intervient pas car elle ne veut blesser personne
Le ministre des Finances égyptiens, cité par CNN, explique que l'armée ne laisse pas délibérément la violence s'installer mais il lui a été ordonné de ne blesser personne.
18h25: D'après CNN, des nombreux cocktails molotov sont lancés, allumant des feux de faible importance dans des rues à proximité de Tahrir Square.
18h15: Le musée du Caire est en feu
D'après des témoins sur place qui le relayent sur Twitter, le musée du Caire est en feu
18h10: Une vidéo des affrontements violents au Caire ce mercredi:




Protesters hurt in Tahrir Square
envoyé par CNN_International. - L'info internationale vidéo.
18h05: Des pro-Moubarak achetés?
Des journalistes du New York Times  au Caire ont recueilli le témoignage de plusieurs manifestants qui ont été approchés ce mercredi pour défiler pour Moubarak contre 50 livres, l'équivalent de moins de 8,50 dollars.
18h00: «Jusqu’à la nuit dernière, la place Tahrir était la place la plus sûre du Caire, avec les anti-Moubarak qui ont manifesté pendant huit jours. Les pro-Moubarak arrive et c’est la guerre», note une journaliste égyptienne sur son compte Twitter. 
17h56: Deux journalistes suédois ont été arrêtés, accusés d'être à la solde du Mossad
Aftonbladet a annoncé que deux de ses reporters ont été arrêtés par des pro-Moubarak, amenés à des soldats, qui les ont détenus pendant plusieurs heures. La foule les a accusés d'être des agents du Mossad.
17h50: Confusion et chaos place Tahrir
D'après les journalistes de la BBC, il y a des tirs en rafale place Tahrir. Des annonces sur le fait que des médias étrangers ont été attaqués. L'un d'es journalistes de CNN explique être bloqué avec des anti-Moubarak place Tahrir et que ces derniers sont prêts à se battre jusqu'à la mort.
17h47: 500 blessés place Tahrir
C'est le bilan des affrontements de la journée, selon des sources médicales.
17h43: Au moins 500 blessés
Le bilan s'affine. De source médicale, les affrontements place Tahrir, au Caire, auraient fait au moins 500 blessés.
17h41: Tirs de gaz lacrymogènes au Caire
La nuit est tombée au Caire. Place Tahrir, des gaz lacrymogènes ont été utilisés contre les anti-Moubarak à la nuit tombée.
17h27: Les cocktails molotov? Un coup des pro-Moubarak
Mustafa Naggar, un organisateur du mouvement de protestation contre le président Hosni Moubarak, a accusé des «voyous» pro-Moubarak d'avoir jeté ces cocktails molotov.
17h20: Quatre cocktails Molotov jetés place Tahrir
Quatre cocktails molotov au moins ont été jetés mercredi sur la place Tahrir, au Caire, et l'armée s'est employée à éteindre les flammes, a rapporté un journaliste de Reuters.
17h17: La crainte d'un bain de sang
La nuit est tombée sur Le Caire. L'envoyé spécial de la CNN, Ivan Watson explique que les anti-Moubarak sont désormais encerclés place Tahrir par des pro-Moubarak et qu'ils craignent un bain de sang.
17h15: Des chameliers en colère chargent les manifestants?
La BBC explique que les groupes qui ont chargé les pro-Moubarak à chameaux sont des chameliers de Guizeh mécontents de la situation car il n’y a plus de touristes et ils ne peuvent plus travailler.
17h10: Des tirs entendus à proximité de la place Tahrir
L'envoyé spécial de la BBC vient de déclarer qu'il entend des tirs à proximité de la place Tahrir, qui pourraient être des tirs de semonce de l'armée.
17h05: Des cocktails Molotov au Caire
Des cocktails Molotov ont été lancés au Caire, annonce CNN. Certains ont atterri dans la cour du musée Egyptien.
16h50: Les journalistes, cible privilégiée
D'après l'envoyé spécial de Libération, Luc Peillon, les journalistes sont une cible privilégiée des pro-Moubarak. Il parle de scène extrêmement violente en général sur la place Tahrir.
16h44: «Je demande à l’armée d’intervenir pour protéger la vie des Egyptiens», a déclaré une nouvelle fois Mohamed ElBaradei.
16h43: Des pro-Moubarak lancent des bloc de pierre sur les manifestants
Les pro-Moubarak préparent des munitions de toutes sortes pour jeter sur les anti-Moubarak, rapporte la BBC. Un défenseur des droits de l'Homme égyptien explique à la chaîne britannique que les pro-Moubarak sont armés de couteaux ou de pistolets.
16h42: Ban Ki-moon «profondément préoccupé»
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit mercredi «profondément préoccupé» par la violence en Egypte et a jugé inacceptables les attaques contre des manifestants pacifiques.  «Une nouvelle fois, j'appelle toutes les parties à la retenue», a-t-il dit après une rencontre à Londres avec le Premier ministre britannique, David Cameron.  «Les attaques contre des manifestants pacifiques sont inacceptables et je les condamne fermement», a-t-il ajouté.
16h38: L'Egypte rejette les ingérences étrangères
Le ministère égyptien des Affaires étrangères rejette les appels des Américains et des Européens en faveur d'un engagement immédiat du processus de transition politique en Egypte, dit un communiqué repris mercredi par l'agence Mena.  Ces appels «ont pour but d'envenimer la situation intérieure en Egypte», affirme le communiqué. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que le ministère rejetait les appels qui ont été lancés par les Etats-Unis et plusieurs pays européens.
16h37: Il y a des centaines de blessés place Tahrir
D'après plusieurs correspondants sur place, il y a des centaines de blessés place Tahrir, épicentre de la contestation, où des pro et anti-Moubarak s'affrontent.

16h33: 15 morts parmi les anti-Moubarak, selon l'opposition
«Nous demandons à l’armée de nous défendre. C’est leur travail. Aujourd’hui, quinze personnes ont été tuées place Tharir par des partisans du gouvernement qui utilisaient des balles réelles. Nous sommes pacifiques, nous voulons la démocratie. Rien d’autre», a déclaré à l'instant à la BBC Ibrahim Zadran, l’un des coordinateur du mouvement d’opposition.
16h29: L'armée n'intervient toujours pas
Al-Jazira annonce que l'armée n'intervient toujours pas dans les heurts au centre du Caire même si ElBaradei lui a demandé d'intervenir pour éviter un bain de sang.
16h25: Interdiction de filmer pour I-Télé
L'envoyé spécial d'I-Télé en Egypte explique à l'antenne qu'il a eu interdiction de filmer les manifestations depuis la chambre de son hôtel. Des responsables sont venus lui interdire de filmer au motif que cela exciterait les manifestants pro-Moubarak.
16h20: Baradei appelle l'armée à intervenir
Al-Jazira annonce qu'ElBaredei appelle l'armée à intevenir place Tahrir où des pro Moubarak sont venus en découdre avec les anti-Moubarak.
16h15: Les Etats-Unis dénoncent les «attaques» contre les médias
15h57: De la fumée au-dessus de la place Tahrir
Des gaz lacrymogènes auraient été tirés près de l 'une des entrées de la place, selon un journaliste de CNN sur place.
15h44: Des camions de l'armée utilisés comme barricade par les pro-Moubarak
Sur la place Tahrir, les manifestants pro-Moubarak ont utilisé trois camions de l'armée afin de constituer une barricade pour attaquer les anti-Moubarak. Al-Jazira, cité par le Guardian, rapporte que les véhicules ont été saisis sans aucune résistance à l'armée dont la présence n'est pas du tout évidente.
>> Al-Jazira en anglais est disponible ici
15h42: Les journalistes de CNN racontent comment ils ont été pris à partie par les manifestants pro-Moubarak




15h37: Aucun tir selon la télévision d'Etat
La télévision d'Etat égyptienne cite une source de sécurité qui indique qu'aucun coup de feu n'a été tiré sur la place Tahrir, contrairement à ce qu'avait affirmé Al-Jazira et la BBC plus tôt.
15h32: Un manifestant pro-Moubarak serait mort, des centaines de blessés
Un correspondant d'Al-Jazira sur la place Tahrirn cité par la BBC, a rapporté qu'un manifestant pro-Moubarak aurait trouvé la mort dans les échauffourées. Il y aurait également des centaines de blessés.
15h20: L'armée égyptienne tire en l'air pour disperser les manifestants, selon Al-Jazira.
15h10: Des journalistes attaqués par des manifestants au Caire
Plusieurs journalistes de médias internationaux ont été attaqués par des manifestants. Le Huffington Post indique qu'un journaliste de CNN a été frappé plusieurs fois à la tête par des manifestants pro-Moubarak.
15h03: Les anti-Moubarak refusent de quitter la place Tahrir
Malgré la demande de l'armée, des manifestants anti-gouvernementaux ont déclaré mercredi qu'ils ne quitteraient pas la place Tahrir, dans le centre du Caire, tant que le président Hosni Moubarak ne serait pas parti, en dépit des heurts les opposant à des partisans du raïs. La chaîne de télévision Al-Jazira a rapporté que l'armée appelait à l'aide de mégaphones les manifestants à arrêter les affrontements.
15h01: La Turquie appelle l'Egypte à accélérer la transition
Dans la foulée de son Premier ministre, le président Gül a invité les autorités égyptiennes à accélérer la transition afin d'assurer la stabilité du pays. «Il est très important que la période de transition soit courte. La stabilité, la paix et la force de l'Egypte sont des choses qui comptent pour nous», a-t-il dit. «Plus on prendra en compte les exigences du peuple égyptien, mieux ce sera», a-t-il ajouté.
14h56: Le ministère de l'Intérieur dément la présence de policiers en civil
Le ministère égyptien de l'Intérieur a démenti les allégations de manifestants anti-gouvernementaux selon lesquelles des policiers en civil seraient impliqués dans des heurts entre partisans et adversaires du président Hosni Moubarak survenus place Tahrir, dans le centre du Caire, a rapporté la télévision publique.
14h53: Les heurts entre pro et anti Mouabarak en vidéo
 






14h42: Baradeï accuse Le Caire de recourir à «la tactique de la peur»
L'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a indiqué qu'il est «extrêmement préoccupé. Je veux dire qu'il s'agit d'une nouveau symptôme, d'un nouveau signe montrant qu'un régime criminel a recours à des actes criminels», a-t-il dit à la radio de la BBC à propos des affrontements de ce mercredi midi. «J'ai peur que cela tourne au bain de sang», a-t-il ajouté en qualifiant de «bande de voyous» les manifestants pro-Moubarak.
14h35: Un journaliste belge arrêté au Caire
Le site Internet du journal Le Soir annonce que Serge Dumont «a été molesté, tabassé, puis emmené par des personnes non identifiées en civil ce mercredi midi, alors qu’il était en reportage dans le quartier populaire Choubra, au centre du Caire». Il aurait été accusé «d’espionnage» avant d'être transféré «auprès des services secrets». Serge Dumont est correspondant pour les journaux belges Le Soir et Le Temps, ainsi que pour La Voix du Nord.
14h32: L'armée demande aux manifestants de quitter la place Tahrir
14h10: Les heurts entre partisans et adversaires de Moubarak ont fait des dizaines de blessés.
Certains avaient le visage en sang, a rapporté un correspondant de Reuters. Des manifestants anti-gouvernementaux ont livré à des unités de l'armée des personnes qui selon eux sont des partisans du parti de Moubarak.
Des manifestants pro-Moubarak ont chargé la foule à dos de chameaux et de cheval, certains frappant les gens à pied avec des bâtons. Beaucoup ont été jetés à terre et frappés par les anti-Moubarak. L’armée, présente sur la place, n’est pour le moment pas intervenue.
13h58: Pro-Moubarak ou policiers en civil?
Sur Twitter, les internautes affirment que les pro-Moubarak sont en fait «des policiers en civil», «des voyous payés par Moubarak armés de couteaux et de dagues», ou encore «des criminels échappés des prisons».
13h47: Des projectiles lancés entre manifestants pro et anti-Moubarak
D'après le correspondant de la BBC au Caire, le niveau de violence sur la place Tahrir «n'est pas clair», mais «des projectiles ont été lancés». «L'armée avait réussi à tenir à l'écart de la place les manifestants pro-Moubarak, mais il semble qu'ils aient trouvé des brèches», a-t-il précisé. Un correspondant de Reuters a vu au moins quatre blessés. L'armée n'est apparemment pas intervenue. Des images diffusées en direct par la télévision montraient des manifestants jetant des pierres. 
13h43: Moubarak devrait rester jusqu'en septembre pour éviter l'anarchie constitutionnelle
C'est que préconise le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hossam Zaki, sur la BBC: «Il y a une volonté d'éviter l'anarchie constitutionnelle si le président quitte son poste avant la fin de son mandat. Il doit le terminer et suivre le processus constitutionnel.»
13h23: Des heurts éclatent entre les manifestants pro et anti-Moubarak
Malgré la prévention de l'armée, des manifestants favorables au président Hosni Moubarak ont pénétré sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, où se trouvaient déjà des foules de manifestants hostiles au raïs égyptien, a rapporté ce mercredi la télévision nationale égyptienne. Des échauffourées se seraient produites d'après plusieurs médias présents sur place.
13h08: L'Union européenne salue l'intervention d'Hosni Moubarak
L'Union européenne (UE) a estimé ce mercredi que la décision du président égyptien de ne pas briguer un nouveau mandat allait dans la bonne direction. Catherine Ashton, haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a déclaré que l'UE était prête à soutenir le peuple égyptien dans sa quête d'un avenir meilleur. «L'UE appelle à une transition en bon ordre via un gouvernement élargi, qui conduise à un processus réel de réformes démocratiques importantes, en conformité avec la loi, les droits de l'homme et les libertés fondamentales», a-t-elle déclaré.
12h57: L'armée évite les confrontations entre pro et anti-Moubarak
Des journalistes de la BBC racontent que des manifestants pro-Moubarak ont essayé de rejoindre la place Tahrir, au Caire, mais l'armée les a stoppé. Les anti-Moubarak ont installé pour leur part des barricades devant les quatre accès menant à la place, fouillant et contrôlant l'identité des personnes s'y rendant.
 






12h49: De nombreuses files d'attente à Alexandrie
Le correspondant de la BBC dans la ville du nord de l'Egypte est le témoin de nombreuses et longues files d'attente devant les banques, les stations-service et les magasins d'alimentation.
12h44: L'Allemagne appelle à son tour à une transition vers la démocratie
Le président égyptien Hosni Moubarak doit entamer sans délai un processus de transition vers la démocratie, a déclaré mercredi le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle. «Mardi, le président Moubarak a annoncé qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat - ce qui ouvre la voie à une nouvelle ère politique», a-t-il dit. «Les gens veulent des changements démocratiques, et cela sans attendre. Ce doit être un changement qui apporte la démocratie. Pas un changement qui commence à un moment ou l'autre mais un changement qui intervienne tout de suite», a-t-il souligné. A Londres, le porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron a fait écho aux propos de Guido Westerwelle.
11h55: L'opposition égyptienne veut poursuivre les manifestations
L'opposition égyptienne a appelé ce mercredi à la poursuite des manifestations place Tahrir, dans le centre du Caire, et a maintenu son grand rassemblement de vendredi pour exiger le départ du président Hosni Moubarak. Insatisfaite de la promesse du «raïs» de 82 ans d'abandonner le pouvoir en septembre, l'opposition continue de demander son départ immédiat et ne veut dialoguer qu'avec le vice-président Omar Souleïmane. Cette coalition englobe l'Association nationale pour le changement, dirigée par Mohamed ElBaradeï, ainsi que les Frères musulmans et d'autres mouvements d'opposition.
11h48: Le manque de nourriture a joué un rôle important dans la révolte égyptienne
C'est ce qu'a indiqué le chercheur américain Vincent Truglia à la BBC: «Je pense que le manque de nourriture et l'anxiété qui l'accompagne ont été déterminant dans la situation égyptienne. Les prix du blé, qui est une denrée de base en Egypte, ont augmenté de 50 à 70% en 2010. Cela a dévasté les budgets égyptiens».
11h44: Une manifestation pro-Moubarak au Caire
La BBC rapporte que les manifestants pro-Moubarak se font entendre également ce mercredi dans les rues du Caire. Ils seraient plusieurs milliers à réclamer le maintien en place du président égyptien.
11h41: La Bourse du Caire à nouveau fermée ce mercredi
11h27: L'Internet est rétabli en Egypte selon NBC News.
11h12: L'armée demande l'arrêt des manifestations
Les forces armées égyptiennes ont demandé ce mercredi aux manifestants de mettre fin à leurs actions, affirmant que leur message avait été entendu et qu'il fallait désormais penser à l'avenir du pays et faciliter le retour au calme. «Les forces armées vous lancent un appel (...) Vous êtes descendus dans la rue pour faire entendre vos exigences et vous seuls êtes en mesure de permettre le retour à la vie normale», a déclaré à la télévision un porte-parole de l'armée. L'armée a d'ores et déjà jugé «légitimes» les revendications de la population et fait savoir qu'elle ne tirerait pas sur la foule. Mardi, elle n'est pas intervenue et a laissé plus d'un million de personnes descendre dans les rues des villes d'Egypte.
11h09: Des milliers de manifestants de retour sur la place Tahrir du Caire
Au moins 1.500 personnes se trouvaient dans la matinée sur l'immense place, devenue le point de ralliement du mouvement de contestation depuis le 25 janvier. «Le peuple exige la chute du régime», lisait-on sur une banderole de 20 mètres de long. Nombre de magasins étaient fermés ce mercredi, au lendemain d'une journée inédite par l'ampleur des manifestations, qui ont rassemblé plus d'un million de personnes à travers l'Egypte, du Caire à Alexandrie ou encore à Suez et Ismaïlia.
11h07: Le nouveau gouvernement égyptien disposé au dialogue
Le nouveau gouvernement égyptien est disposé à dialoguer avec tout le monde, y compris avec les Frères musulmans, a déclaré ce mercredi matin le ministre égyptien des Finances, Samir Radouan. «Cela je peux vous l'assurer, et le vice-président (Omar Souleimane) a bien dit toutes les composantes de l'opinion politique, il n'a pas dit les partis ou les partis légitimes, il a précisé toutes les composantes du spectre politique», a déclaré Samir Radouan à la BBC. «Je pense que plus tôt nous engagerons un dialogue, un dialogue constructif, mieux ce sera. Je suis inquiet pour l'économie», a-t-il déclaré.

Neuvième jour de contestation en Egypte où les manifestants continuent de se réunir place Tahrir, au Caire, ce mercredi après la forte mobilisation de la «marche du million» mardi. Malgré l'allocution télévisée d'Hosni Moubarak qui a promis de ne pas se représenter à l'élection présidentielle de septembre prochain, le peuple réclame toujours son départ immédiat. 

Un appel relayé plus diplomatiquement par Barack Obama, Nicolas Sarkozy et Recep Tayyip Erdogan qui ont invité le président égyptien à enclencher le processus de transition démocratique «sans tarder».