L'Eglise trouve que Berlusconi n'est pas sain

— 

Lâché par tout le monde. Silvio Berlusconi se retrouve maintenant en butte à l'Eglise catholique italienne, qui a fermement pris position contre lui lundi soir en déclarant que les hommes politiques immoraux portent atteinte à l'image du pays. L'institution a, à l'évidence, été irritée par les divers scandales sexuels imputés ces dernières années au président du Conseil, mais elle s'était jusqu'ici abstenue de les dénoncer ouvertement, de nombreux prélats préférant voir un gouvernement conservateur au pouvoir. Sauf que, depuis quelques semaines, il ne se passe pas un jour sans que la presse italienne publie de nouvelles révélations sur de présumées parties fines organisées par Berlusconi, les fameuses soirées « Bonga, bonga » auxquelles participent de nombreuses jeunes filles dont certaines mineures à l'instar de Ruby, une jeune Marocaine par qui le scandale est arrivé. Berlusconi, 74 ans, affirme n'avoir rien à se reprocher. Il a refusé de démissionner et de se laisser interroger. A. Le G.