L'UE n'est pas assez sévère avec les régimes répressifs, selon HRW

Avec Reuters

— 

L'Union européenne ne joint pas suffisamment les actes à la parole pour forcer des régimes répressifs à respecter les droits de l'Homme, écrit Human Rights Watch (HRW) dans son 21e rapport annuel publié ce lundi. «Le soutien rituel au "dialogue" et à la "coopération" avec les gouvernements répressifs est trop souvent une excuse pour ne rien faire concernant les droits de l'homme», estime Kenneth Roth, directeur exécutif de HRW, dans un communiqué.

«Les "dialogues constructifs" de l'UE figurent parmi les exemples les plus patents de cette tendance», ajoute-t-il.

 Dans son rapport, le groupe basé aux Etats-Unis prend pour exemple l'Ouzbékistan et le Turkménistan, où le bloc n'a, selon lui, pas exercé de pressions suffisantes sur les gouvernements pour qu'ils changent.