Liban: Saad Hariri candidat à sa propre succession

Avec Reuters

— 

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a déclaré jeudi qu'il serait candidat à sa propre succession à la tête du nouveau gouvernement libanais, malgré l'opposition du Hezbollah et de ses alliés.

"Ils (le Hezbollah et ses alliés) sont revenus vers les médiateurs avec une seule exigence: ils refusent que Saad Hariri soit de nouveau le chef du gouvernement", a dit Hariri à un groupe de ses partisans.

"Ils ont exclu toute autre solution et exigent que Saad Hariri soit laissé de côté (...) Mais nous irons lundi aux discussions avec moi comme candidat !", a-t-il lancé sous les acclamations.

"Nous avons dit et redit que Hariri ne devait pas revenir, oui, il ne doit pas revenir", a déclaré pour sa part Michel Aoun, un allié chrétien du Hezbollah.

Le président Michel Souleïmane entamera lundi des consultations en vue de la formation d'un gouvernement, après l'éclatement du cabinet sortant à la suite du départ des ministres du Hezbollah.

Ces derniers voulaient exprimer leur désaccord avec l'enquête internationale sur l'assassinat en février 2005 à Beyrouth de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, père du chef du gouvernement sortant.

Le procureur du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), soutenu par l'Onu, a remis lundi son acte d'accusation au juge. Son contenu demeure confidentiel à ce stade de la procédure mais il est probable qu'il accuse certains membres du Hezbollah, qui nie toute responsabilité dans l'attaque.