La CEDH classe des plaintes déposées par des Russes contre la Géorgie

Reuters
— 

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a rayé de son rôle 1.549 requêtes formées contre la Géorgie par des militaires russes ou des habitants d'Ossétie du sud après le conflit de 2008.

Près de la moitié des quelque 3.300 plaintes adressées à Strasbourg par des Russes ou par des Géorgiens d'Ossétie du sud disparaissent ainsi pour des raisons procédurales. La juridiction du Conseil de l'Europe explique dans un communiqué que les deux avocats chargés de porter ces 1.549 affaires n'ont pas répondu, par deux fois, à ses demandes d'information, laissant supposer qu'ils n'avaient pas l'intention de poursuivre leur démarche.

Une requête contre Moscou toujours en phase d’instruction

Les requérants se plaignaient de violations du droit à la vie, de traitements inhumains ou dégradants, d'atteintes au respect de la vie privée ou de destruction de leurs biens.

L'attaque, en août 2008, par la Géorgie, de l'Ossétie du Sud, une région rebelle au pouvoir de Tbilissi, avait entraîné une contre-attaque russe qui avait repoussé les troupes géorgiennes. Moscou a ensuite reconnu unilatéralement l'indépendance de l'Ossétie du sud et de l'Abkhazie, autre région géorgienne indépendantiste.

A la suite de ces événements, la Géorgie a elle-même introduit une requête contre Moscou devant la Cour européenne des droits de l'homme. Ce dossier interétatique est toujours en phase d'instruction à Strasbourg.