Tunisie: décès du jeune homme qui s'est immolé par le feu

MANIFESTATIONS Son acte a déclenché un vaste mouvement de protestation à travers le pays...

J. R.
— 
Le 28 décembre 2010, le président tunisien Zine El Abidine Ben  Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi, un jeune diplômé au chômage qui s'est immolé par le feu à Sidi Bouzid en Tunisie. 
Le 28 décembre 2010, le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi, un jeune diplômé au chômage qui s'est immolé par le feu à Sidi Bouzid en Tunisie.  — AP/SIPA

Il s'était immolé  par le feu, le 17 décembre dernier, devant la préfecture de la ville de  Sidi Bouzid en Tunisie; Mohamed Bouazizi, le jeune vendeur ambulant et  diplômé au chômage est mort mardi des suites de ses blessures, rapporte  Le Monde ce mercredi.

Il avait été hospitalisé en urgence au centre de traumatologie et de grands brûlés de Ben Arous, près de Tunis.

Un mouvement «sans précédent»

Le jeune homme, âgé de 26 ans, s'était aspergé d'essence avant de  s'immoler par le feu pour protester contre la confiscation de ses  marchandises qui lui permettaient de vivre. La police municipale les  avait saisies car il ne possédait pas les autorisations nécessaires.

Cet acte de désespoir a déclenché une vague de manifestations  d‚étudiants «sans précédent» à travers le pays. Lundi et mardi, de  nombreuses personnes sont encore descendues dans les rues de Thala, à  l'ouest du pays. Les mouvements ont été fortement réprimés par la police  tunisienne. Selon Le Monde, ce nouveau décès porte à quatre le nombre  de victimes de ces protestations de jeunes diplômés et chômeurs  tunisiens.

Plusieurs rassemblements prévus

En réaction à ces manifestations, le président tunisien Zine el Abidine  Ben Ali a remanié partiellement son gouvernement, en changeant notamment  le ministre de la Jeunesse. Il a également ordonné la mise en place  d'un «programme d'urgence pour l'emploi et la création de sources de  revenu aux diplômés de l'enseignement supérieur dont la période de  chômage a trop duré».

D'après Le Monde, plusieurs manifestations de soutien au mouvement  seront organisées jeudi 6 janvier dans plusieurs pays européens, ainsi  qu'au Canada et en Algérie. A Paris, plusieurs organisations et partis  de gauche ont appelé à se rassembler place de la Fontaine des Innocents  (1er arrondissement).