La peine de mort par lapidation de Sakineh annulée?

IRAN Une suggestion d’un responsable de la Justice iranienne...

P.K.

— 

Sakineh Mohammadi Ashtiani et son fils à leur domicile, sur des images diffusées par la télévision iranienne le 9 décembre 2010
Sakineh Mohammadi Ashtiani et son fils à leur domicile, sur des images diffusées par la télévision iranienne le 9 décembre 2010 — PRESSETV

Et si la peine de mort par lapidation de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée pour adultères, était annulée? C’est une possibilité, selon un haut responsable de la Justice iranienne cité par l'agence Fars.

Interrogé sur cette possibilité, le chef de la Justice de la province d'Azerbaïdjan oriental, Malek Ajdar Sharifi, a estimé que «tout est possible».

Peu auparavant, Sakineh s’était élevée contre les journalistes allemands qui avaient interrogé son fils. Une manipulation selon le philosophe Bernard-Henri Lévy, qui s’est exprimé sur le site de la revue La règle du jeu: «Pour nous qui avons, pendant plusieurs semaines, été en contact avec Sajjad, ces “aveux” ne signifient rien. Lui comme sa mère ont dû être soumis, pour tenir pareils propos, à d’insoutenables pressions et, peut-être à des tortures.»