Iran: le fils de Sakineh demande que sa mère ne soit pas exécutée

© 2011 AFP

— 

Le fils de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une Iranienne de 53 ans condamnée à la lapidation pour adultères, a demandé que sa mère ne soit pas exécutée, lors d'une rencontre samedi avec la presse à Tabriz (nord-ouest).

«Le verdict prononcé contre ma mère est la lapidation mais elle ne doit pas avoir lieu. Je demande que la sentence de mort soit commuée, c'est ma demande», a déclaré Sajjad Ghaderzadeh. La rencontre entre Sajjad Ghaderzadeh et la presse étrangère, organisée par la justice locale, a eu lieu dans une résidence à Tabriz appartenant à la justice.

Emprisonnée à Tabriz, Sakineh Mohammadi-Ashtiani a été condamnée à mort en 2006 pour implication dans le meurtre de son mari et à la lapidation pour adultères. La première peine a été ramenée à 10 ans de prison en appel en 2007, mais la seconde a été confirmée la même année par une autre cour d'appel.

La justice a suspendu en juillet dernier la peine de lapidation en attendant un nouvel examen du dossier. Elle a été reconnue coupable d'avoir tué son mari avec l'aide de son amant Issa Taheri.

Sajjad Ghaderzadeh et Me Houtan Kian, l'avocat de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, ont été arrêtés le 10 octobre en même temps que deux journalistes allemands qui s'étaient rendus à Tabriz à l'insu des autorités iraniennes pour les interviewer. Portant un pull-over, une veste et des lunettes noires, Sajjad Ghaderzadeh a affirmé qu'il a été libéré sous caution le 12 décembre.