Otages en Afghanistan: Thierry Taponier confirme l'existence d'une vidéo récente

TERRORISME Les familles ont été reçues au Quai d'Orsay ce mardi...

C. F. avec Reuters

— 

Il a cité aussi "les opérations extérieures sensibles" comme l'Afghanistan, l'accord de défense franco-britannique de la défense "qu'il va falloir mettre en oeuvre et articuler aux projets d'Europe de la défense", ainsi que le sommet de l'Alliance atlantique, vendredi et samedi à Lisbonne.
Il a cité aussi "les opérations extérieures sensibles" comme l'Afghanistan, l'accord de défense franco-britannique de la défense "qu'il va falloir mettre en oeuvre et articuler aux projets d'Europe de la défense", ainsi que le sommet de l'Alliance atlantique, vendredi et samedi à Lisbonne. — France3/AFP/Archives

Thierry Taponier, le frère d'un des deux otages français enlevés en Afghanistan il y a près d'un an, a confirmé à RTL ce mardi l'existence d'un enregistrement vidéo récent des otages. Selon lui, on y voit «des gens très amaigris, très fatigués, qui en ont marre d'être là-bas». Les familles des deux journalistes de France 3 ont été reçues ce mercredi au Quai d'Orsay pour visionner cette vidéo, dont l'existence avait été révélée le  21 décembre dans l'édition nationale du 19/20.

«Nous l’avons authentifiée – l’enregistrement remonte probablement à la mi-novembre. Nous la montrerons aux familles dès qu’elles le souhaiteront », a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Comme ses parents, Thierry Taponier se dit «échaudé» par l'optimisme des autorités sur leur libération prochaine alors que, selon lui, «il ne se passe rien».

«Faux espoirs»

«On nous a dit qu'il se passerait quelque chose à la fin de l'hiver, au début du printemps, avant l'été, à la fin de l'été, après le ramadan, avant Noël», a-t-il déploré au micro de RTL.  «On aimerait savoir exactement ce qui se passe de façon à ne pas avoir de faux espoirs», a-t-il ajouté, émettant l'espoir de recevoir un coup de fil d'Alain Juppé pour «dire de vive voix ce qui s'est passé là-bas, s'il y a lieu d'être optimiste, comme il peut l'être lui».

Les messages sur la vidéo sont très courts, a précisé Gérard Taponier, le père de Stéphane Taponier. Les deux otages «disent qu'ils aimeraient être libérés le plus rapidement possible», a-t-il raconté aux journalistes.

Le Quai comprend les critiques

Ces critiques, «nous les entendons et nous les comprenons», a assuré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.  «Cette attente est très dure pour nous aussi», a-t-il déclaré après avoir reçu les familles des deux otages pendant près d'une heure. «Nous avons partagé avec elles toutes les informations que nous pouvions», a expliqué le porte-parole.



Des manifestations de soutien doivent être organisées cette semaine dans toute la France pour le premier anniversaire de la détention de Stéphane Taponier et d'Hervé Ghesquière, enlevés le 30 décembre 2009.