Les voisins de la Côte d'Ivoire cherchent une issue à la crise

CRISE La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) se réunit ce vendredi au Nigeria...

B.D. avec Reuters

— 

L.GNAGO / REUTERS

Quels sont les moyens d'amener Laurent Gbagbo à céder le pouvoir à Alassane Ouattara? C’est ce à quoi les Etats voisins de la Côte d'Ivoire réfléchissent ce vendredi à Abuja, la capitale du Nigeria, lors d'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

La presse ivoirienne rapporte que le pays attend avec impatience les résultats de cette réunion, la seconde en deux semaines. Certains journaux disent que la Cedeao pourrait envisager le déploiement de sa force d'intervention, l'Ecomog. Les chefs d'Etat de la Cedeao ont refusé de s'exprimer avant leur rencontre.

Appel français à «une transition sans violence»

Le camp d'Alassane Ouattara, reconnu président de la Côte d'Ivoire par l'Assemblée générale des Nations unies jeudi, a jugé que la communauté internationale devait envisager l'emploi de la force pour contraindre Laurent Gbagbo à céder le pouvoir. Alors que Charles Blé Goudé, chef des Jeunes Patriotes, mouvement de partisans de Laurent Gbagbo, a prévenu que l'envoi d'une force militaire pourrait relancer la guerre civile qui a coupé le pays en deux en 2002-2003.

Michèle Alliot-Marie, la ministre française des Affaires étrangères, a réclamé vendredi «une transition qui se fasse sans violence». «M. Gbagbo a encore la possibilité de sortir par le haut de cette situation en reconnaissant ce que sont les résultats et en transmettant le pouvoir dans les conditions normales», a-t-elle déclaré, en laissant entendre que les responsables des violences signalées à Abidjan pourraient être poursuivis par la Cour pénale internationale (CPI).

Asphyxie financière de Gbagbo

La communauté internationale tente aussi d'organiser une asphyxie financière de Laurent Gbagbo. Après la Banque mondiale, qui a gelé mercredi le transfert de 800 millions de dollars à destination de la Côte d'Ivoire, la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) a décidé jeudi de ne plus reconnaître l'autorité de Laurent Gbagbo. Elle a dit que l'accès à ses fonds serait réservé aux représentants du «gouvernement légitime» d'Alassane Ouattara. Pour les observateurs, ces décisions pourraient mettre Laurent Gbagbo, qui contrôle l'armée, dans l'impossibilité de verser les salaires, notamment aux troupes.

A la demande de la France, le bâtiment de guerre néerlandais Amsterdam a pris la direction de la Côte d'Ivoire pour fournir un appui logistique aux forces navales françaises dans la région et aider à évacuer des ressortissants européens si nécessaire, a annoncé le ministère néerlandais de la Défense. A Paris, un porte-parole de l'état-major des armées a dit que le soutien logistique demandé au navire néerlandais concernait un bâtiment français dans le golfe de Guinée, dont la présence n'est pas liée à la situation en Côte d'Ivoire.