Kosovo: Hashim Thaçi se sent «insulté» par les accusations de trafic d'organes

Reuters

— 

Hashim Thaçi a démenti jeudi les accusations contenues dans un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe qui le désigne comme le protecteur de réseaux criminels. Le rapport, rédigé par le parlementaire suisse Dick Marty, accuse les indépendantistes du Kosovo - ex-province à majorité albanaise de Serbie devenue indépendante en 2008 - de s'être notamment livrés en 1999-2000 à un trafic d'organes dont auraient été victimes des Serbes mais aussi des Albanais.

«J'utiliserai mes capacités politiques et légales pour faire la lumière», a-t-il Hashim Thaçi lors d'une conférence de presse à Pristina, dénonçant des actes destinés à nuire à la réputation du Kosovo.

«En tant que Premier ministre de la République du Kosovo, en tant que citoyen et que parent, je me sens insulté par les accusations infondées portées par Dick Marty contre moi-même, mes camarades, l'UCK [Armée de libération du Kosovo], l'Etat du Kosovo et mon peuple», at-il lancé.