Nick Clegg en est pour ses frais

— 

Après l'adoption le 9 décembre par le Parlement de la loi autorisant les universités à tripler leurs frais d'inscription, le leader du centre Nick Clegg accuse une chute de popularité. Selon une enquête Ipsos Mori publiée hier, le vice-Premier ministre britannique leader des démocrates libéraux (« Lib Dem ») a perdu la confiance des électeurs, opposés aux deux tiers à la hausse des frais universitaires.

Engagement personnel
En avril, Nick Clegg caracolait pourtant à 61 % dans les sondages. A l'époque, le programme électoral de son parti promettait de ne pas augmenter les frais universitaires et il avait même pris l'engagement personnel d'essayer de les abolir. Selon un autre sondage, près de la moitié des électeurs « Lib Dem » pensent qu'ils ne revoteront pas pour le parti centriste lors des prochaines élections législatives, en mai. Jeudi, des manifestations contre la loi avaient entraîné des violences.