Le prix Nobel de la paix de Liu Xiaobo remis à une chaise vide

CEREMONIE L'opposant chinois est en prison depuis plus d'un an...

Hélène Duvigneau

— 

L'attribution du Nobel de la paix à Liu Xiaobo, condamné à 11 ans de prison dans son pays pour "subversion du pouvoir de l'Etat" après avoir cosigné la "Charte 08" qui réclame une Chine démocratique, a ulcéré le régime chinois qui considère l'opposant comme un "criminel".
L'attribution du Nobel de la paix à Liu Xiaobo, condamné à 11 ans de prison dans son pays pour "subversion du pouvoir de l'Etat" après avoir cosigné la "Charte 08" qui réclame une Chine démocratique, a ulcéré le régime chinois qui considère l'opposant comme un "criminel". — Sebastien Nogier AFP/Archives

Pas contentes, les autorités chinoises. Après avoir tenté d’empêcher le sacre de son plus vieil opposant, l’ancien professeur de littérature Liu Xiaobo, 54 ans, qui doit être décoré ce vendredi du Nobel de la paix, Pékin a contre-attaqué jeudi en inaugurant un «prix de la Paix Confucius». «Nous allons montrer au reste du monde comment les Chinois comprennent le mot paix», a déclaré Tan Liuchang, président du comité d’organisation.

Une manière de ne pas perdre tout à fait la face, avant la cérémonie, prévue vendredi à 13h à la mairie d’Oslo (Norvège). Ni Liu Xia, l’épouse de Liu Xiaobo assignée à résidence depuis deux mois, ni aucun de ses trois frères n’a pu venir représenter l’intellectuel emprisonné.

Des «clowns» pour Pékin

Le 25 décembre dernier, Liu Xiaobo avait été condamné à onze ans de prison pour «subversion du pouvoir de l’Etat», un an après avoir rédigé l’ébauche de la Charte 08, un texte appelant au respect des Droits de l’homme. A sa place, une chaise vide fera office de représentation. Mardi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a haussé le ton, qualifiant de «clowns» les membres du comité Nobel. Une attitude que le sinologue Jean-Luc Domenach qualifie de «stupidité peu dangereuse. La Chine donne l’impression d’être le personnage d’une BD de Tintin qui trépigne, un mélange de capitaine Haddock et de Pr Tournesol.»

Pourtant, les gesticulations chinoises n’ont pas été totalement vaines. Sur 65 ambassades présentes à Oslo, 19, dont la Chine, ont décliné l’invitation et deux n’ont pas ré-pondu. Même la Serbie, pourtant candidate à l’entrée dans l’Union européenne, passera son tour..