Proche-Orient: Aveu d'échec pour Obama

CONFLIT Washington renonce à obtenir le gel des colonisations juives en territoire occupé...

Lucie Soullier

— 

Le Premier ministre israélien (à g.) et le président américain, le 1er septembre.
Le Premier ministre israélien (à g.) et le président américain, le 1er septembre. — J. REED / REUTERS

L'administration Obama renonce. Washington a annoncé abandonner tout effort pour obtenir un nouveau gel de la colonisation juive en territoire occupé. Une condition posée par le président palestinien, Mahmoud Abbas, à toute reprise du dialogue direct. Même si obtenir un moratoire sur la colonisation semblait difficile, notamment du fait de l'actuelle coalition israélienne dominée par la droite, cet aveu d'échec des Etats-Unis porte un nouveau coup aux espoirs de paix au Proche-Orient.

« Un manque de volonté politique »

Le revers est sérieux pour le président américain qui souhaitait parvenir à un accord de paix en douze mois. Car les Etats-Unis, considérés comme le médiateur le plus influent du conflit, viennent d'admettre publiquement leur incapacité à influer sur la question des colonies. «Une des clés du conflit», selon Didier Billon, rédacteur en chef de la Revue internationale et stratégique de l'Iris. Pour l'analyste, le renoncement américain est «l'aboutissement d'un manque de volonté politique de l'administration Obama qui n'a jamais mis en œuvre les pressions nécessaires contre Israël.» A Jérusalem, des diplomates se prennent à espérer à des négociations secrètes, loin des médias. Que rien ne bouge, à nouveau pendant des mois, reste cependant le plus probable.